Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tale me more - Page 3

  • Force animale

    zoo city, beukes, afrique du sud, couvertureZoo city, Lauren Beukes

    Au moins cette fois-ci je ne peux pas reprocher à une oeuvre fantasy de toujours rimer avec jeune public. Sans être exactement trash, c'est violent. Le récit se passe dans une Afrique du Sud (pays de son auteure) sombre et violente, dans une sorte de ghetto où vivent les "animalés", des humains qui ont commis de lourdes fautes (pénales ou morales, ce n'est pas bien aisé à saisir) et se retrouvent alors par une sorte de magie, associés à un animal. Ils ne peuvent ni s'en éloigner beaucoup sans souffrir, ni s'en séparer et si l'animal meurt, ils meurent. L'idée est bonne.  L'animal semble être une incarnation du fardeau de la conscience - même si en soi se voir adjoindre un chien ne semble pas une horrible torture, imaginez celui qui se retrouve lié à un requin. Finies les vacances aux sports d'hiver. 
    Bon. Ils ne partent pas beaucoup en vacances. La plupart sont pauvres et/ou délinquants.
    Étrangement l'arrivée de l'animal est accompagnée du gain d'un pouvoir magique plus ou moins utile. Par exemple, celui de se rendre invisible. Comme beaucoup de choses dans ce roman, il est difficile d'en comprendre la portée symbolique. pourquoi ce cadeau avec l'animal-punition ? 

    A côté de ça, c'est aussi un thriller , puisque l'héroïne, accompagnée de son paresseux et dotée de la capacité de visualiser les objets perdus de chacun.e et de suivre un fil jusqu'à les retrouver est engagée pour retrouver une gamine, une star de la chanson. 

    Je n'ai pas eu la sensation que le roman voulait la retrouver. On enquête, on piste, on solutionne le mystère, certes. On parle surtout des humains, des bas-fond, de la violence. Du sida qui apparaît inévitablement dans les récits qui se situent en Afrique. 

    J'ai peiné à passer un obstacle. Quel nom lui donner ? L'écriture était ardue à déchiffrer. Je n'ai jamais eu autant besoin d'un dictionnaire; Je n'ai presque jamais trouvé les mots que j'y cherchais. Un peu de dialecte ? Des connaissances dans le domaine de la musique ou de la pop culture que je ne possédais pas ? Des marques de fringues ? Des espèces animales ? Parfois même le contexte ne me suffisait pas pour deviner dans quel domaine je me situais. 

    Ce n'était pourtant pas mauvais. Juste très étrange, comme de découvrir un nouveau genre littéraire. Il n'y a que la S.F. pure et dure, un peu à l'ancienne, qui me fasse le même effet. Devoir m'investir; Etre étrangère à des codes. 

    Pour adultes qui maîtrisent les codes du banditisme dandy? 

    Lien permanent Catégories : Médecine générale 1 commentaire
  • Le coeur régulier

    dépresseur naturel, pour broyer du très noir, livre de deuil, coeur régulier, olivier adamLe coeur régulier, Olivier Adam

    Si je ne l'avais pas trouvé en livre audio, il ne serait jamais sorti de ma liste, j'avais comme un instinct d'éloignement pour ce roman. Si je devais le définir, je le classerais dans les livres de développement personnel. Pas de ceux qui te donnent de bons conseils pour vivre le jour présent et croquer la vie avec optimisme, mais de ceux dont on peut avoir besoin en pleine période de deuil. En abuser en dehors de ces graves circonstances me semblerait dangereux.

    Je n'ai pas pu écouter plus de 2 pistes d’affilée sans me sentir terriblement abattue. C'était lugubre d'un bout à l'autre. Une femme qui ne s'épanouit plus ni dans sa vie pro ni dans sa vie perso reçoit le coup de grâce avec le suicide de son frère. Elle quitte alors mari et enfants pour partir au Japon, sur les traces de celui-ci, dans une ville connue pour ses nombreux suicides et dont son frère, lui, était revenu, sauvé in extremis et temporairement un peu plus heureux. Avant une rechute fatale.

    Le livre sonne juste. Même si vous n'avez pas connu la dépression ni eu de pensées suicidaires, vous en aurez là un bon aperçu. Quant à la perte du frère, dans les inquiétudes ressassées par la sœur, dans sa manière de s'interroger sur sa responsabilité et, surtout, dans la manière de le décrire, de l'idéaliser jusque dans ses défauts j'ai reconnu quelque chose des rares propos tenus par ma mère sur son frère, décédé de la même manière et que je n'ai pas connu.

    Trop rien d'autre à dire sur le style. Je n'ai rien aimé du contexte, du Japon, des personnages... C'était pesant, angoissant. Public très ciblé. 

     

    Lien permanent Catégories : Morgue 0 commentaire
  • Bois éternels Vargas

    vargas-bois-éternelsDans les bois éternels, Fred Vargas

    Grand retour des livres audio, influencée par un collègue qui fait bien plus de route que moi et que j'ai ravitaillé en dévalisant le rayon à la médiathèque. 

    Sachant combien je suis attachée au réalisme et à la cohérence des choses, d'après vous, quel avis vais-je émettre sur un roman dans lequel la police mobilise en quelques minutes un hélicoptère pour suivre un chat ? 

    Perdu (ou gagné, si vous me connaissez mieux que bien) : j'ai adoré !! C'est mon troisième Vargas, je suis préparée, ce n'est pas un polar comme un autre, c'est une sorte de rêve un peu halluciné. Une errance poétique, qui porte Adamsberg, le héros flic, tantôt à écouter les mouettes, tantôt à lire à un bébé un livre sur la maçonnerie traditionnelle... Jusqu'à ce que le crime soit résolu.

    C'est une si belle écriture que chaque fois que j'en termine un, je l'oublie, comme on oublie un songe, même très agréable. Et je m'étonne à nouveau au roman suivant d'aimer à ce point cette auteure et de l'avoir si peu lue, finalement.

    Chaque personnage secondaire est une pépite. Les normands taiseux (scènes géniales), les histoires de bouquetins, les fantômes au grenier, la femme qu'on écoute en aimer un autre, les bois de cerf encombrants mais qu'il ne faut pas séparer, l'érudition de certaines explications... C'était parfait.

     

    Lien permanent Catégories : Urgences 0 commentaire
  • La tête dans le bocal

    Premiers flocons ce soir, coincidence, feel-good, valeur sûre pour positiver, trajectoire poissons, Le froid modifie la trajectoire des poissons, Pierre Szalowski

    Opération "Vidange de PAL" oblige, on risque de voir passer d'étranges choses sur ces pages dans les semaines et mois à venir... A commencer par ce titre qui est ce qu'on nomme un"roman feel-good".

    C'est construit comme un téléfilm de noël.  Au centre un petit garçon qui apprend que ses parents vont divorcer et qui demande au ciel de l'aider. Après quoi une tempête de neige arrive, le destin de tous les habitants de l'immeuble est bouleversé et il se pense exaucé. Autour de lui, un bon copain, une call-girl qui soupire après l'amour, un veuf déprimé, un savant à l'accent slave tellement obnubilé par ses poissons et son thermomètre qu'il ne voit pas la paire de seins sous ses yeux, une directrice qui glisse sur les fesses et autres drôles de gus à problèmes.

    C'était gentillet.

     

    Lien permanent Catégories : Morgue 3 commentaires
  • Les phénix de ces bois

    dans la foret, hegland, se nourrir d'hegland et d'eau fraiche, manuel du survivaliste littéraire, initiation au renoncementDans la forêt, Jean Hegland

    Imaginez que la fin du monde advienne. Sans explosions, sans émeutes, sans hurlements, sans scènes de pillage, sans grands effets hollywoodiens. Un film catastrophe presque sans catastrophe, où vous suspendez simplement quelques secondes votre lecture au coin du feu pour remarquer que les choses ne sont plus comme elles étaient.

    La civilisation s'écroule mais vous n'êtes pas sous les décombres. Vous êtes à l'abri, à l'écart, au calme. Dans la forêt. Idée déroutante et pourtant réaliste car quelle que soit l'ampleur d'un événement mondial, il se trouvera toujours quelque part des individus isolés du reste du monde pour l'ignorer.
     
    Ils se sont installés là pour le cadre de vie, ils y élèvent leurs deux filles. Ce ne sont pas des marginaux, ils travaillent en ville, à quelques kilomètres de là. Si les filles sont, petites, éduquées à la maison, elles ne sont pas pour autant cloîtrées ni coupées du monde. A l'adolescence, l'une d'elle fréquente une école de danse, l'autre est toujours fourrée dans les livres et attend sa lettre d'admission dans une grande université.
    Il y a beaucoup de douceur dans le portrait de cette famille, au début du roman. Elle fait rêver. Comme une photo parfaite, prise au meilleur moment.
     
    Puis la mère meurt, d'une maladie il me semble. Puis la fin commence. Ce sont d'abord des pannes de courant, de plus en plus longues et rapprochées. L'énergie manque. Le père et ses deux filles suivent tout cela de loin, inquiets mais encore persuadés que tout finira par rentrer dans l'ordre. Ils font tout de même des réserves de provisions. Et lentement, la civilisation s'effondre. Les échos leur en parviennent.
     
    Ce n'est pas l'essentiel du roman. A moins d'être un exécrable photographe, on s'arrange pour avoir le sujet au moins un peu dans le cadre.
    C'est souvent, dans un récit initiatique, que l'on commence par priver le héros de tout. Il se retrouve généralement sans parents. Comme si on ne pouvait avancer qu'une fois tranchées toutes les racines. Sauf que là, elles sont deux.
     
    J'ai adoré ce livre. Je ne l'ai jamais trouvé triste. Mais j'ai pleuré. Ce n'est pas une descente aux enfers ni un drame. C'est un retour à la nature, un dépouillement - une sorte de mue? - lent et inéluctable. Il n'y a qu'une scène de violence. Elle m'a bouleversée, par son contenu, mais aussi parce que d'ordinaire, dans le chaos, la violence est la norme. Là, elle arrive par surprise, brutale, au milieu de la paix. Elle éclate.
     
    C'est un livre dont on sort en songeant qu'il y a encore beaucoup à dire. Sur le père. Sur les livres et la musique. Sur la dernière partie... mais je n'ai pas pour habitude de discuter de la fin des livres ici.
    Lien permanent Catégories : Urgences 3 commentaires