Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tale me more - Page 3

  • La morgue lui va si bien

    Contes_crimes_dubois.pngLes contes de crimes, P. Dubois

    J'ai dû entendre vanter ce livre dans ma précédente vie, cette vie de prof, celle où l'on me répondait quand je posais des questions...
    Les contes de fée étaient à la mode, Perrault faisait un petit tour au Bac et les "réécritures" hantaient déjà le programme (et continuent sans doute). Jamais trop compris ce concept du "réécrire", comme si un texte pouvait sortir du néant ou, au contraire, comme s'il fallait bénir les fainéant.e.s qui commencent où finit le travail d'un.e autre.

    Pour faire la garniture d'un conte de crimes, prenez un conte de Grimm (ou autre - malchance de malchance, Peter Pan a réussi à se glisser dans le lot, et je l'ai encore moins aimé que celui de Barrie) et videz toute une bouteille d'hémoglobine, opérez une translation temporelle vers un contexte contemporain puis ajoutez des motivations assassines à un personnage sur deux.

    Pour ce qui est de la sauce stylistique, toute en tournures qu'une église baroque accuserait de surenchère, je ne commente pas, c'est une question de goûts, ils sont tous dans la nature. Mais si vous aimez, ne vous invitez pas à ma table vous seriez déçu.e.s

    Le résultat ne manque pas de piquant, si on aime croquer des machins sanguinolents.

    Je vous ai gardé le meilleur pour la fin : au centre du plat, la plâtrée indigeste de misogynie. Pas une femme n'échappe à ce choix cornélien : voyons, je préfère être une criminelle qui ne rêve que d'assassiner, tromper, voler ou bien la femme d'un homme qui travaille pour subvenir à mes besoins, en échange de quoi il est en droit d'attendre du sexe ? 
    Comme il n'est pas bon de frustrer une femme, laquelle pourrait sombrer dans l'hystérie, vous pouvez prendre les deux options.

    Vous l'aurez compris, la prochaine recommandation de cet ouvrage ne passera pas par moi!

  • Session de rattrapage (3)

    bucher_sous_neige_fletcher.pngUn bûcher sous la neige, Susan Fletcher - Un cadre historique et forestier so romantic. Une pauvre incomprise jetée au cachot sous prétexte de sorcellerie. Un gars sûr de lui et méprisant qui se prend à écouter toute la pitoyable histoire de la donzelle et se laisse attendrir. Et elle déroule le fil de sa vie et bla et bla et l'enfance, et la mère, et la fuite, et la forêt, et les plantes guérisseuses et les peaux de bêtes et l'amour... Je n'ai pas supporté ce livre. Il n'est pas mauvais mais cousu de fils blancs comme neige et quant au le bûcher caché dessous, je ne l'ai point trouvé.

    parent-parfait-filliozat.pngIl n'y a pas de parent parfait, Isabelle Filliozat - Voilà qui a le mérite d'être clair. Il me faudrait une relecture minutieuse avec papier et crayon pour élaborer une critique précise mais globalement, j'étais plutôt d'accord sur les grandes idées. L'amour parental n'est pas une évidence, loin s'en faut et quand c'est compliqué, mieux vaut le reconnaître et pouvoir trouver en face des gens qui savent l'entendre.

    Je ne nie pas que certains processus inconscients chez le parent peuvent être perçus intuitivement par l'enfant et l'influencer mais j'écarte tout de même avec un brin de scepticisme certains exemples un peu trop "gros" à mon goût. De même, s'il est bon de faire baisser la pression culpabilisante, je me demande alors pourquoi, parfois, j'ai l'impression qu'on en revient en gros à "c'est pas de ta faute, mais ça vient de toi quand même, hein".  Toutefois, j'ai apprécié cette incursion dans la psychologie et étrangement, j'ai peut-être un peu modifié certaines de mes positions éducatives. Ce qui n'est pas si mal, connaissant l'âne têtu que je suis.

     

     

     

     

  • Session de rattrapage (2)

    oeuvre-dieu-part-diable-irving.pngL'oeuvre de Dieu, la part du Diable, John Irving. Irving devient mon auteur préféré. Après Une prière pour Owen, je n'ai plus osé lire aucun autre de ses romans de peur d'être déçue. J'ai bien fait d'attendre, je me suis montrée réticente, au début de ma lecture. Très critique. Impatiente. C'est un rythme très différent. Mais le personnage d'Homer éclaterait n'importe quelle carapace. Je suis passée par toutes les émotions - ce qui comprend des phases de pleurs abondants. Un mot du sujet : période de l'entre deux guerre, Etats Unis. Le docteur Wilbur Larch dirige un orphelinat dans lequel il pratique aussi bien des accouchements que des avortements - forcément clandestins. Un texte magnifique, en nuances, en sentiments et en humanité.

    armoire-robes-oubliees-pulkkinen.pngL'armoire des robes oubliées, Riikka Pulkkinen - Alors ça... comment diable est-ce arrivé sur ma liste??? Grand mystère.  ça parle globalement de l'amour et c'est tout aussi globalement plutôt en phase avec ce que j'en pense. Mais que c'est... engluant. Je trouve "engluant" plus joli que poisseux. On va dire que poisseux c'est pour les mains et engluant pour les pieds. Mes pieds de lectrice ce sont pris dans le tapis de cette famille avec sa grand-mère moribonde. J'aime pas que les gens meurent dans mes livres, c'est déprimant.

    evolution-espece-darwin.pngL'évolution des espèces (1), Hervé & Poinsot - Depuis quelques années, je place la compréhension du darwinisme en tête des notions à acquérir. Je ne sais pas quelle est sa place dans les programme de sciences naturelles aujourd'hui, mais chaque semaine je constate qu'une piqure de rappel ferait grand bien et que NON on ne peut pas y "croire" "peut-être", en concurrence équitable avec le créationnisme. Ce petit livre, très court, est très bien fait. Il reprend point par point les preuves de l'évolution des espèces à travers les époques. (D'autres volumes sont consacrés aux mécanismes). J'ai même réussi à apprendre encore des choses très précises, comme le trajet d'un nerf dans le cou d'une girafe, un tel détour que ça n'a aucun sens, sauf mis en relation avec un lointain ancêtre poisson. J'en profite pour redire ce que j'ai déjà dit à une témoin de Jéhovah qui débattait avec moi autour d'un thé : ça n'exclut pas la possibilité de l'existence de Dieu. On peut très bien créer un machin et le laisser proliférer tout seul. C'est même souvent le cas. Toujours le cas. Prenez n'importe lesquelles des choses que vous avez créées. Vous faisiez des dessins, petit? Des châteaux de sable sur la plage? Vous coloriez (c'est à la mode), vous faites des bonhommes avec la peau des babybels? Et dites-moi, vous avez encore le nez sur votre dessin de maternelle? Vous gardez à l'oeil votre château depuis 200 marées? Non. On abandonne tout ce que l'on crée. On s'en fout. Donc même si Dieu a existé, ça fait longtemps qu'il a quitté la plage ou la table.

     

  • Session de rattrapage

    Enfants_derniere_pluie_guerin.pngLes enfants de la dernière pluie, Françoise Guérin. L'auteure nous avait mises au défi, avec C'era, de retrouver le lieu où a été prise la photo de couverture. Défi relevé avec succès ! Décidément, cette femme qui sait jouer, qui écrit d'excellents romans et m'a réconciliée avec les psys me plaît de plus en plus. Du coup je lui pardonne d'enfoncer jusqu'au cou son flic dans une enquête centrée sur le personnage de son frère et sur l'établissement de soin dans lequel vit celui-ci. J'ai largement attaqué mon transfert :p

     

    Rainbow_warriors_ayerdhal.pngJ'enchaînais ensuite, avec plus de circonspection, sur Rainbow warriors, d'Ayerdhal. Vu le sujet annoncé - une armée de Lesbiennes, Gays, Bi(s?) et Trans - je m'attendais à quelque chose comme une comédie assez délirante. (Et un peu de sexe, hein, Sound? - Mouarf. Ta g**** ! ) En réalité il s'agit d'un roman presque sérieux de... guerre. Oui, de guerre. Logique, c'est une armée. Certes, c'est délirant - dans les coins - et militant aussi, puisqu'il s'agit de faire tomber une dictature, homophobe comme savent l'être les dictatures, généralement assez coincées sur la question, mais au final c'est surtout : entraînement, préparatifs, stratégies, combats. Les personnages sont trèèès nombreux. Ce n'est pas l'agence tous risques, qui boucle n'importe quelle mission avec 4 ou 5 types.  Politiquement, ça nous chatouille bien sur les gouvernements qui savent fermer les yeux pour peu que s'en mêlent quelques intérêts économiques.

     

    ile-chasseurs-oiseaux-may.png

    L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May, qui m'a été conseillé de toutes parts, fut l'un des bons romans de l'été. L'enquêteur revient dans sa région natale au nord de l'Ecosse. Voir en gros ce que j'ai dit du Livre de Joe. Parce que c'est toujours la même histoire  les secrets enfouis, les gens que l'on a fuis et qu'il faut affronter. Le petit plus, c'est le décor, assez sauvage. Et le dénouement, dont je ne me suis pas vraiment pré-occupée, séduite que j'étais par ma lecture. Bon, je n'insiste pas, le nombre de commentaires sur l'article de C'era m'a assez indiqué que j'étais la seule à ne pas l'avoir encore lu !

     

    trone de fer martin.pngLe trône de fer, George R.R. Martin. J'ai cédé au succès du bouquin et surtout de la série. Par curiosité. Mais ce n'est pas si mal. Par contre quelle galère pour s'y retrouver dans les éditions, puisque l’œuvre originale était découpée d'une certaine façon et que pour vendre 3 bouquins au lieu d'un seul, les éditeurs français ont encore fractionné. Avant de revendre la même chose sous la forme des "intégrales" qui correspondent en fait au découpage normal de départ... j'en ai donc lu 2, soit l'intégrale 1 ou encore "A game of thrones". Ne justifie peut-être pas l'ampleur de son succès mais reste un roman prenant, plein d'aventures, de nobles sentiments et de sang versé. Ma préférence va à Daenerys, personnage en déploiement constant. 

    Nous regardons la série au fur et à mesure de notre progression dans la lecture et je trouve l'adaptation très fidèle. Ce qui me rend d'autant plus furieuse lorsque je constate ce sur quoi portent les rares changements. Exemple, une scène, qui était toute fraiche dans ma mémoire : audience auprès du roi, le responsable de la garde explique qu'il a besoin de renforts car avec le tournoi, beaucoup trop de chevaliers arrivent en ville et qu'il faut gérer les beuveries, les bagarres, les meurtres et les viols. Étrangement, la même réplique télévisée voit disparaître la mention du viol.... Et je sais que j'ai noté la même chose à un autre endroit. Ou comment ne surtout pas inclure les agressions sexuelles dans une liste de comportements dénoncés, dans une série qui ajoute au texte initial des scènes de sexe supplémentaires, bien crues, et participe à l'ambiance générale médiatique qui rabaisse l'homme et l'assigne à un statut de machine à "défoncer" (je prélève ce mot -  employé par l'homme pour signifier sa satisfaction après un rapport sexuel - dans un film vu cette semaine).

     

    lettres interieur  marsden.pngLettres de l'intérieur, John Marsden. Parce qu'il traîne dans ma liste depuis très longtemps avec l'étiquette mentale "grand classique des lectures de collégiens". Sans prétention et sans grand effet sur moi. Gentil. La fin est on ne peut plus énervante. Ce critère suffit à se faire remarquer, cela dit. Un peu comme faire un scandale au restaurant.

     

     

     To be continued...

  • Dernières lectures

    02/11/15 - Rosa Candida ***

    28/10/15 - Iris chevalier 2,   3*

    24/10/15 - Un secret, Grimbert 2+

    23/10/15 - Quand le diable sortit de la salle de bain 2+

    20/10/15 - La logique de l'amanite 2+

    15/10/15 - Les contes de crimes, P. Dubois 1+

    10/10/15 - Il n'y a pas de parent parfait, Isabelle Filliozat 2+

    08/10/15 - Un bûcher sous la neige, Susan Fletcher 2+

    29/09/15 - L'évolution des espèces, Hervé & Poinsot

    28/09/15 - L'armoire des robes oubliées, Riikka Pulkkinen

    20/09/15 - L'oeuvre de Dieu, la part du Diable, John Irving

    19/09/15 - Lettres de l'intérieur, John Marsden

    23/08/15 - Le trône de fer (intégrale I), George R.R. Martin

    18/08/15 - L'île des chasseurs d'oiseaux, Peter May

    11/08/15 - Rainbow warriors, Ayerdhal

    06/08/15 - Les enfants de la dernière pluie, Françoise Guérin