Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

guerre

  • Pêcheresse d'Islande

    vieille bique,guerre,autobiographie d'une fille gagaLa femme à 1000°, Hallgrimur Helgason

    Avis chrono'

    Un roman islandais que je ne risque pas d'oublier de sitôt! Quel personnage que cette vieille dingue qui attend la mort, enfermée dans son garage avec un ordi, une grenade, et une vie détonante. Une autobiographie drôle et douloureuse qui par bien des côtés nous fait oublier qu'il ne s'agit que d'une fiction.


    Lire la suite

  • Sarabande dessinée

    Je vous parlais le mois dernier de l'opération pack vacances organisée par ma bibliothèque. Enfin, mon ex bibliothèque, je ne vais même pas avoir le temps de finir les deux paquets suivants avant le déménagement. Cette médiathèque va me manquer, je le sens...

    Si j'avais su, je n'aurais pas commencé par celui qui me tentait le moins, pour garder le meilleur pour la fin! J'ai donc découvert ce qui semble être un genre entre le roman et la B.D., nommé roman graphique.

    b.d, roman, roman graphique, guerre, amour, un peu de tout en fait, j'aime les filles aux antennes, et les drames quand ils arrivent sur la pointe des pieds mais qu'on les entend quand même2 soeurs, Matt Kindt

    Le plus destabilisant des trois. Une histoire d'espionnage (Thème que je déteste et j'ai James Bond en horreur.) qui met en scène une femme pendant la seconde guerre mondiale. L'ensemble de l'oeuvre est presque sans texte, avec des flash back d'images d'enfance, des transitions brutales... J'ai passé autant de temps sur ces dessins que sur un gros roman, en me posant 300.000 questions et sans avoir jamais rien l'impression de comprendre. C'est vraiment une autre façon de lire dont je n'ai pas la clé.

    b.d, roman, roman graphique, guerre, amour, un peu de tout en fait, j'aime les filles aux antennes, et les drames quand ils arrivent sur la pointe des pieds mais qu'on les entend quand mêmeTamara Drewe, Posy Simmonds

    Déjà bien plus sympa. Ceux qui lisent les com' de mes articles ont remarqué la précision apportée par Anou: cette histoire a été adaptée en film, sous forme de comédie. La bande-annonce est ici, mais elle me laisse perplexe, je n'y retrouve pas l'atmosphère grave du roman. Nous sommes dans une campagne tranquille, une résidence pour écrivains tenue par Beth (petit doute sur le prénom...) qui doit aussi gérer les nombreuses frasques sexuelles de son mari, quand débarque une belle journaliste qui va faire tourner des têtes et provoquer des drames.
    Le personnage de Beth était vraiment touchant. Et il m'a semblé qu'il y avait comme un message dans ce récit, un sombre avertissement. Là où rien ne se passe, tout couve et il ne manque que l'allumette.

    b.d, roman, roman graphique, guerre, amour, un peu de tout en fait, j'aime les filles aux antennes, et les drames quand ils arrivent sur la pointe des pieds mais qu'on les entend quand mêmeFrançoise, Dupuy & Berberian

    Et pour finir mon coup de coeur, mini-format, une poignée de pages à peine. Le narrateur tombe amoureux d'une curieuse femme qui porte des antennes et lit peut-être dans ses pensées. C'est assez tristounet comme histoire, mais tendre comme tout. Le texte était accompagné d'un C.D. que j'ai pris le temps d'écouter mais qui ne m'a pas emballée.

  • Si c'est occis, j'y vais aussi !

    chanson de roland, moyen age, français, 5eLa chanson de Roland - ?

    ________________________

    Attention, patrimoine!

    Un classique médiéval au programme des classes de 5e. Sound' très prise par sa quatrième réunion en soirée, laisse pour cette fois la parole au lectorat désigné, se contentant seulement de transposer les témoignages recueillis en ancien français de la fin du Xxe siècle et de les remodeler (un peu).

    ________________________

    Kevin: « Autant le dire tout de suite, cette chanson là ne sera pas le tube de l'année 2012. D'abord elle est trop longue, chanson à texte, bon... ok, mais là avec toutes ces pages, elle dépasse sûrement les 4mn (Il explique ensuite qu'il n'a pas pu vérifier, impossible de trouver le titre sur Deezer).»

    Mélany: « ça manque de rythme, c'est flagrant, parfois on stagne sur le même détail pendant 10 ou 12 couplets, et vas-y que je te sors la cervelle par le menton... et regarde comme je suis un bon chevalier, loyal, valeureux etc. »

    Lilian: « Je me demande quand même si ce Roland a toute sa tête et si ça n'est pas un peu déplacé, en cette époque déjà lourde de tensions religieuses de crier sus aux sarrasins toutes les dix lignes... »

    Carlita: « Elle manque d'un petit refrain entraînant à mémoriser, cette chanson! Quant au vocabulaire, je n'en parle même pas, c'est carrément moyenâgeux ! «vassal »*, « félonie »**, «païens »***, « oliphant »****... comment voulez-vous toucher le grand public avec ça ? Pas une seule créature au déhanché langoureux en vue. Une bonne dose de testostérone quand même, je le concède. Je préconise d'embaucher l'équipe de france de Rugby pour le clip. »

    Sound:
    Tiens oui, c'est vrai... il n'y a presque que des hommes dans l'histoire... C'est peut-être la version «château fort» d'une romance gay? Je me disais bien aussi que Roland en faisait des tonnes à la mort d'Olivier. «Mon Dieu, je ne sais que faire maintenant. Jamais plus il n'y aura d'homme qui te vaille» et après il s'évanouit sur son cheval !

    «C'est en s'aimant comme ils le font qu'ils se sont séparés» (snif, snif...)

    Conclusion: c'est un plagiat de Brokeback Mountain, en armure! Tssss. Il passera pas à la postérité ce morceau! Déjà, s'il est sélectionné aux NRJ music award...

     

    Bonus culturistique:

    Extrait d'une interview de la candidate de télé-réalité (dont le nom doit être tenu secret) qui prépare une reprise  pour l'hiver 2012 :«  J'pouvé pa laissé des fotes comme sa dans la chansson à Roland.»   :   *vaissèle, ** fai au lit, ***pattin, ****éléfant.

  • L'épine dans mon pied

    colum_mccann_etquelevastemonde.jpgEt que le vaste monde poursuive sa course folle, Colum McCann

    __________________________

    Avis pas chrono'

    Très belle écriture, mais pour moi, une grande déception, à la limite du rejet. Le ton n'était pas celui que j'espèrais et l'histoire, bien trop sombre à mon goût, n'éveille chez moi aucun écho. Un livre qui m'est resté étranger.

    __________________________

    Deux mois pour donner mon avis... Le grand vide sur le blog c'est à cause de ce maudit roman, qui avait un titre tellement poétique et une couverture nuageuse à souhait.

    Je l'ai lu, j'ai été terriblement déçue. Encore de l'alcool, des prostituées, l'amérique urbaine, détestable. Les pauvres petits personnages,  dont Corrigan, le prêtre irlandais, insectes perdus dans un univers hostile, qui surnagent à peine. Lourd, lourd, très lourd, tout ça, triste et poisseux. Morne.

    Une très belle écriture. Un exercice de style,même.

    Je n'ai jamais réussi à accrocher. A peine un frémissement, dans le dernier tiers du roman, après l'ultime changement de point de vue. Des femmes. Des geeks. Un peu plus mon domaine.

    Pourtant, on sait combien j'aime ces romans techniquement bien foutus, cohérents, avec un pivot, des histoires satellites... C'est conçu comme un Jonathan Coe. C'est encore mieux écrit (exception faite de cette manie de vouloir copier des tournures orales). Mais sans aucun humour. Un gros caillou dans l'estomac, qui a beau être un lingot d'or, çe ne le rend pas plus digeste.

    Le funambule est le fil conducteur, c'est le cas de le dire. Il sert à la fois de repère géographique et chronologique. Autour de lui défilent ces petits ou ces grands drames de la vie moderne. On enfile: morts, deuils de fils tué en Irak, couples qui s'effilochent, brèves étreintes sans avenir...

    Je ne dis pas qu'il n'y a pas eu quelques pointes d'amour et d'optimisme. Mais c'était froid, suis restée froide.

    L'ultime petit détail qui n'a l'air de rien: j'avais pris des notes sur ce livre, péniblement. Quelques mots. Et quelques citations. Et au moment d'écrire mon billet, impossible de remettre la main dessus. J'ai cherché pendant des jours, bizarrement incapable de faire sans... Deux trois fois par semaine, je me mettais à soulever les coussins du canapé, à regarder sous le lit. J'ai voulu m'en passer, mais c'était impossible. Un blocage.

    Ce matin, je sors le livre de l'étagère "purgatoire" (après la P.A.L, avant l'archivage en bibliothèque). Et là, un marque page rose, à l'intérieur... Aucune note, en fait. Rien que trois numéros de pages...  ><

    Maintenant, je peux enfin me débarasser de cette épine dans le pied de mon blog:

    Page 237 (ça, c'est tout moi!): "Quand on programme aussi, le monde rapetisse et ne bouge plus. On oublie tout le reste. C'est comme une transe. [...] On trouve un rythme de croisière. On continue. [...] ça peut être un programme de reconnaissance vocale, ou pour jouer aux échecs, ou une appli pour un radar d'hélicoptère, c'est pareil: le seul truc qui compte, c'est la prochaine ligne de code. Les bons jours on peut en écrire mille. Quand ça va pas, impossible de trouver celle qui fout tout par terre."

    Page 277 (ça c'est moi aussi...): " Je pense qu'elle est encore plus inutile qu'il y cinq minutes, quand elle servait déjà à rien."

    Page 320 (et ça, ça m'évoque quelque chose...): "Les crimes étaient commués en délits. Une forme comme une autre de démolition. Il fallait manoeuvrer la pelleteuse. On le jugeait sur la façon dont il jugeait: moins il donnait de travail aux collègues à l'étage, plus ils étaient contents de lui. 90% des affaires - même des infractons graves - devaient être classées sans suite. "

     

    P.A.L à 87 --> 79

  • S'arranger avec sa conscience

    expiation_mcewan_couverture.jpg2j%27aime.jpgExpiation, Ian McEwan

    ___________________________

    Avis chrono'

    Mon premier est une journée d'enfance, décrite dans un style pesant. Mon second fait un bond en avant dans le temps: seconde guerre mondiale, débâcle et fuite vers Dunkerque. Mon troisième est le regard lucide d'une vieille dame, écrivaine, sur un crime d'enfance et sur qu'elle a tenté pour se pardonner. Mon tout est une très jolie réflexion sur le cheminement de l'écriture et un jeu autour de la notion de vérité.

    ___________________________

    Un autre roman sorti tout droit de ma p.a.l. (je respecte le challenge, Liz! ).  Encore une recommandation de lecture de mon amie fantôme, qui ne doit même pas se souvenir de me l'avoir conseillé... Si? Tu sais que ça fait longtemps que tu n'as pas laissé un commentaire? Tu aimes le nouveau fond jaune?

    Par une astuce que je ne peux dévoiler trop en détail, il se trouve que les lourdeurs d'écriture  et de narration de la première partie (abondance de chants d'oiseaux, beurk, de lumières qui voltigent, d'eau qui clapote etc.) sont tout à fait volontaires et trouvent leur explication à la fin du roman. Voyez, je suis gentille, je préviens celles d'entre vous qui pourraient être légèrement rebutées par un début un peu... aride.

    Réussi, malgré tout, puisque j'ai piétinné d'impatience dans l'attente de la "tragédie" annoncée en 4e de couv. Oui, j'avoue... J'ai lu le résumé, une fois n'est pas coutume. Je l'ai fait parce que je ne voyais pas bien où j'allais, avec un tel début. J'ai craqué. Z'avez qu'à mettre ça sur la pile de mes trucs à expier, tiens, puisque c'est le thème. Elle dépasse (à peine, à peine) en hauteur la pile de linge à repasser.

     

    Briony est une petite fille à l'imagination débordante. Du haut de ses 13 ans, elle se rêve auteure et soumet ses compositions à sa mère, malade chronique qui, du fond de son lit, dans l'obscurité, devine tout ce qui se passe dans la maison.

    " Avec les années, les innombrables heures passées allongée sur son lit avaient affuté cette sensibilité jusqu'à en faire un sicième sens, une conscience tentaculaire qui émergeait de la pénombre pour se déplacer à travers la maison, invisible et omnisciente."

    Elle réclame aussi l'attention de sa soeur Cécilia, qui sort tout juste d'une université où (condition féminine oblige, pour l'époque):

    "On ne décernait même pas de diplômes valables aux jeunes filles. Quand, en juillet, Cécilia rentra à la maison avec ses résultats définitifs, elle n'avait ni situation, ni compétence, outre qu'il lui restait encore à trouver un mari, à affronter la maternité. "

    Arrivent alors deux cousins et une cousine qui vont déclencher de minuscules révolutions. Briony n'est plus le centre du monde, elle découvre la jalousie, remet en question la maturité de son écriture, découvre la supériorité du romanesque sur l'écriture théâtrale et observe, sans comprendre vraiment la scène, sa soeur plonger en slip dans la fontaine du jardin, sous les yeux de Robbie le fils d'une domestique.

    Le roman devient alors un vrai petit bijou. De minuscules détails, de tristes coïncidences, des réactions humaines imprévisibles mais si logiques, au fond, conduisent à un drame. La scène du témoignage de Briony auprès des policiers est terrifiante; Tout est dans la façon dont les questions sont posées, c'est exactement comme si on rabattait un troupeau. La petite fille sent seulement qu'elle avance et nous, nous voyons bien dans quelle direction, nous sentons combien elle est coincée... Elle ne ment pas consciemment, ses réponses sont orientées. Quand elle doute, on lui laisse entendre qu'elle n'est pas fiable, qu'elle fait perdre un temps précieux à la police, que ses parents sont fiers de ce qu'elle apporte à l'enquête. Elle ne peut plus faire marche arrière.

    Quelques années plus tard, nous croyons suivre d'autres personnages et chercher avec eux à en identifier les conséquences. Le cadre dans lequel cette partie se déroule, celui d'un hôpital qui se prépare peu à peu sans que ça soit vraiment dit, à devenir un hôpital de guerre m'a beaucoup plu. Etre née en temps de paix... je n'ai pas souvent aussi clairement senti ce que ça pouvait représenter.

    Enfin, une magistrale pirouette, dans la dernière partie, vient remettre en question nos certitudes de lecteurs qui, par habitude, avons accepté l'illusion romanesques. Je suis toujours un peu mal à l'aise face à ces romans dont le but semble être, à la fin, de nous donner une leçon sur l'écriture elle-même. J'ai l'impression d'avoir affaire à un serpent qui se mord la queue et souvent envie de lui dire avec une petite tape sur la main la patte euh... la tête?  "Arrête et sors moi ça de ta bouche".

    1590023268.jpgMais cette fois, c'est tellement bien fait que je ne peux qu'aimer. Ce n'est pas seulement une enfant qui grandit sur quelques centaines de pages, c'est une écriture. D'où ce style qui cloche un peu dans la première partie, puisqu'il n'est encore qu'en devenir...

    Briony est devenue une vieille femme, qui revient sur son passé et nous fait partager, sans sentimentalisme excessif, le poids d'une erreur qui était celle d'une enfant sur sa vie d'adulte ainsi que ce qu'elle a cru bon de faire pour se racheter.

    Vraiment... chapeau. Avec Testament à l'anglaise, ma seconde lecture préférée de l'été. J'espère que ça donnera envie de le lire à l'un ou l'une d'entre vous!

     

    P.a.l à 87 -->  84 (et depuis, ça a encore baissé!)

    _____________________

    Quelques citations supplémentaires:

    " Qu'on lui mentît constamment, ce qui n'était guère une preuve d'amour, était au moins le signe d'una attention durable. Il devait tenir à elle pour élaborer de tels mensonges. D'une certaine façon sa duplicité rendait hommage à l'importance qu'il donnait à leur mariage."

    "Un écrivain moderne ne pouvait pas plus se permettre d'inventer des personnages et des intrigues qu'un composituer moderne une symphonie de Mozart."