Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Médecine générale

  • Frapper vite et Thor

    Si j'avais un marteau oooo, mythologie, gaiman, viking, asgard, moins policé que Marvel, plus authentiqueLa mythologie Viking, Neil Gaiman

    Neil Gaiman, le fameux, que je ne connais guère encore et qui n'avait rien d'époustouflant dans ce petit volume tout indiqué pour découvrir la mythologie Viking, certes tardivement, je ne sais pas pourquoi il n'y en a que pour les dieux grecs et romains, ceux-là sont bien les mêmes, égoïstes, roublards et noceurs.

    C'est Loki qui fait le sel de ces récits, Loki le poil à Gratter de l'Olympe viking, toujours à tramer de sales coups, à voler et mentir et toujours à se faire tirer les oreilles par Thor, le gros balèze.

    C'est de la mythologie, quoi, ça se lirait comme des contes, pour les enfants, si ce n'étaient quelques inévitables viols et meurtres.

    Vous l'aurez compris, c'était agréable, sans plus. Je viens de faire les comptes pour l'année précédente, j'ai lu presque 50% de très bons livres, alors je me permets de commencer 2022 en faisant la difficile !

     

    Lien permanent Catégories : Médecine générale 0 commentaire
  • La langue qui ne devait jamais fourcher

    roman estonien,homme savait langue serpent,kivirahkL'homme qui savait la langue des serpents, Andrus Kivirähk

    Rhaaa quel dommage de n'avoir pas su garder jusqu'à ce soir ma belle humeur de hérisson en boule de ce matin ! Je suis toujours plus productive quand on m'a un peu éperonnée. Au lieu de quoi j'ai pris ce soir une demi-heure pour une petite promenade en bordure de champs et me voilà paisible. Bovine. Et devant la même page qu'hier soir. Sous le regard d'une énorme licorne en peluche. Avec une tablette de chocolat. Ce n'est pas que je manque de choses à dire ! Il y a largement de quoi faire, d'ailleurs le premier mot d'hier (effacé) était "protéiforme". Voilà ce qui arrive quand on ne peut pas sortir de chez soi, on se lance dans des romans estoniens bizarres ! A 50 pages, j'étais conquise. C'est idéal pour un ado bon lecteur me disais-je. J'ai ensuite barré ado. Ou alors un ado bien dans ses baskets, confiant en l'avenir et imperméable au spleen.

    A quoi bon développer un argumentaire pour un récit qui dégage une telle impression de nuit d'automne mélancolique ??

    Leemet vit dans la forêt, avec sa sœur et sa mère. Il connait la langue des serpents, qui permet non seulement de discuter avec eux mais aussi d'asservir bon nombre d'autres animaux moins évolués. L'élan vient de lui-même s'asseoir dans votre assiette et le loup vous servir de monture. Mais Leemet est le dernier de son époque. Les autres familles quittent peu à peu la forêt, attirées comme des papillons stupides par le village, qui promet à tous une vie de labeur derrière la charrue, à servir les caprices des hommes de fer, à écouter les chants des moines, tout ceci, fourche et miche de pain, étant le must de la modernité. Le petit sauvage dans sa forêt est un sujet de moquerie, quand on peut rêver du pape à Rome et de rattraper les nations civilisées.

    Le côté conte, langue des serpents, rêve de Salamandre mythique, croyances païennes m'a énormément plu.  Et c'était extrêmement drôle parfois ! Comme ces ours libidineux et benêts, qui ne peuvent s’empêcher de draguer les femmes mariées et de soupirer après les jeunes filles du village. Ou encore la manière de peindre l'opposition forêt / village, et de nous vendre Jésus et les chevaliers comme des gadgets à la mode. Ou la placidité désespérée de Leemet devant la sottise de ses anciens copains, qui crèvent de faim mais avec la consolation de savoir dire amen.

    Leemet est pleinement conscient qu'il n'a pas sa place au village. Et pleinement conscient que son mode de vie est dépassé et va s'éteindre avec lui. La postface dit "pamphlétaire". Mouais. Les postfaces tissent du lien et expliquent tout. Comme si je ne faisais pas déjà bien trop ça toute seule...

    Bien sûr qu'il y a une forte dimension satirique, une réflexion très intéressante sur l'évolution des sociétés et l'état "entre deux".  Ce n'est pas une glorification du passé, de l'harmonie avec la nature. Bien des choses déconnent aussi dans la forêt, c'est le propre de tout ce qui décline. Peut-être que c'était bien avant et qu'on aurait souhaité que ça reste comme ça mais enfin, c'est passé, c'est déjà autre chose. Le mouvement est lancé. Un mouvement général qu'on peut accepter, pourquoi pas. Mais vu avec les yeux de l'individu qui aura été le dernier à rester sur place.

    Un roman original, fascinant par bien des côtés, mais difficile à conseiller car crépusculaire.

    Lien permanent Catégories : Médecine générale 0 commentaire
  • La serpe Jaenada

    La_Serpe.jpgLa serpe, Philippe Jaenada

    Un titre étrangement sobre au regard de la personnalité de l'auteur, ou du moins de l'image que je m'en suis faite. La serpe est une contre-enquête qui s'intéresse à de vieux meurtres (1941), ceux de Georges Girard, de sa sœur et de leur bonne dans leur domaine familial en Dordogne. Meurtres qui ont immédiatement été imputés au fils de Georges, Henri, pas tout à fait un inconnu : il est l'auteur, sous le pseudonyme de Georges Arnaud, du Salaire de la peur.

    Un avis succinct : habilement construit, enquête intéressante, mais trop long, trop bavard.

    Toute la première partie, qui nous présente le gars depuis les drames de sa tendre enfance pour arriver (quand on désespère d'y arriver) au moment des meurtres, est solidement documentée. Les preuves sont innombrables, Henri est odieux avec son père, odieux avec sa tante, ça fait 20 ans qu'il les dépouille. Les preuves sur la scène de crime sont pires qu'accablantes, au matin de la découverte des corps par lui-même, il se promène dans le château, il propose des clopes aux flics, joue du piano, il était seul enfermé à l'intérieur, le maquillage en cambriolage est risible etc etc. Je n'ai même pas douté de sa culpabilité. Arrive alors le récit du procès, une mascarade, un juge arriviste qui se déclare dès le départ en faveur de l'accusé... 

    Toute l'adresse de l'ouvrage réside dans le basculement qui s'opère, dans une seconde partie, à partir pourtant des mêmes citations des dossiers, des mêmes témoignages, mais placés sous un éclairage différent et d'un coup, nos conclusions ne sont plus les mêmes. C'était très habile, ça donne une idée de ce que peut être un procès, quand on prend le temps d'écouter les deux parties. 

    Par contre bon sang que c'est long... mais long... Et puis l'auteur se promène là-dedans, dans le récit, partout comme chez lui, il fait le pitre, avec ses anecdotes personnelles (sa femme, son petit déjeuner, ses clichés sur la province, la découverte par son fils adolescent du thermomètre rectal). C'est marrant, dans un groupe, un boute-en-train. Sauf que là, il est tout seul dans le groupe et à force, c'est un peu usant. 

    Rhââ, ça m'agace, parce que peut-être bien que ça n'aurait pas été si habilement ficelé avec moitié moins de pages et que ce ton de petit comique apporte effectivement quelque chose. 

    Lien permanent Catégories : Médecine générale 1 commentaire
  • Legardinier

    legardinier-arrete.jpgDemain j'arrête ! , Gilles Legardinier

    Mystère que ce titre, dont je n'ai pas vu trace dans le récit, puisque personne ne semble jamais renoncer à ses idées farfelues. Mais bon, au point où j'en étais... J'ai quand même souri deux ou trois fois aux aventures de cette greluche empotée qui s'amourache de son mystérieux nouveau voisin tout en lui imaginant une vie secrète de gangster.  Ce n'est pas un roman sentimental, plutôt une comédie très légère, bourrée de tous les clichés possibles sur les femmes, les hommes, les traiteurs chinois et les chats, prêtée par une collègue et qui m'a laissée dubitative, mais puisqu'ils sont arrivés par deux, j'ai quand même donné sa chance à l'autre roman du même auteur.

    legardinier-crame.jpgComplètement cramé, Gilles Legardinier

    Plusieurs crans au-dessus sur mon échelle perso. Toujours une comédie, mais on s'éloigne cette fois de la farce, c'est un peu plus subtil et tendre. Et les personnages ont tous vingt ans de plus, ça change tout, je crois. Je suis périmée, pour les midinettes, je passe mon tour, je les préfère mûres. D'ailleurs cette fois, c'est un homme, le héros. Un chef d'entreprise proche de la retraite, qui quitte sa boite pour se faire, le temps d'une pause, majordome anonyme dans un manoir en France, auprès d'une veuve.

    Là encore, le titre... Mais au moins on le comprend en lisant. Bon, allez, j'ai bien aimé. Plutôt mignon, plein de bons sentiments et de positivé, bien sûr. 

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Médecine générale 0 commentaire
  • Mâle ad vitam

    brigade des moeurs,benaquista,homo erectus, homme anonymeHomo erectus, Tonino Benaquista

    Par l'auteur (que j'apprécie souvent) de Malavita, voici un roman agréable, auquel, même sans coup de coeur, je me sens capable de trouver sans forcer de solides qualités.

    Le point de départ est un cercle de parole masculin, un endroit où des hommes se retrouvent chaque semaine, par le bouche-à-oreille. Inconnus les uns des autres, de passage pour quelques séances où membres depuis une éternité, ils se regroupent sans autre règle que d'écouter sans juger l'intervenant auto-proclamé du jour. Trois d'entre eux seront suivis en dehors du groupe, fil rouge du récit. On obtient alors une construction bien équilibrée, alternant les discours du groupe brefs, percutants, dans des registres variés et des passages plus traditionnels, avec nos personnages, tels des exemples qu'on prend la peine de développer.

    L'un est un philosophe célèbre, qui va entamer une liaison avec la top-model la plus désirée du moment.
    L'autre, ex mari fidèle et trompé, se lance pour défi d'essayer toutes les femmes, à travers une large variété de prostituées.
    Le troisième voit un jour une femme inconnue s'introduire chez lui, s'installer sans explication sur son canapé et devenir sa squatteuse attitrée.

    On ne peut pas plus masculin que l'écriture de ce livre, et on trouvera toujours à redire, bien sûr, par exemple dans le traitement du thème de la prostitution, mais ce n'est en aucun cas machiste ou masculiniste. C'est un propos d'homme, qui essaie de couvrir un maximum de situations, d'interrogations,  de parcours. Ce qui ne mérite pas d'être développé devient une anecdote du groupe. J'ai trouvé ça intéressant. Je serais curieuse de connaître l'opinion d'un homme mais je n'en ai pas sous la main pour me servir de cobaye.

     

    Lien permanent Catégories : Médecine générale 4 commentaires