Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Morgue

  • Ouste !

    La fonction du balai, David Foster Wallace

    Les rumeurs sont fondées : il me reste bien encore 200 pages à lire. Je boucle quand même cet avis, et alors ? Ce roman, c'est comme sonder la profondeur d'un plat à lasagnes : on peut miser sur sa constance, de la première à la dernière page.

    Lenore, dont la grand mère (Lenore) vient de disparaitre de la maison de retraite avec une vingtaine d autres pensionnaire : 

    - Travaille comme standardiste dans une boite qui a un soucis de téléphone et recoit des appels qui ne lui sont pas destinés. Y compris ceux de Bambi et son cachot de la discipline.

    - Couche avec son patron qui a un petit zizi et des gros problèmes psy. 

    - Est convoitée par un business man obèse qui mange sans fin dans le but d engloutir le monde entier au sens propre et d être le seul à l'occuper.

    - A un père riche industriel, une mère timbrée, une soeur bizarre, un frère unijambiste fumeur de canabis.

    - Possède aussi, mais c'est récent, un perroquet volubile qui mélange propos sexuels et délire religieux. 

    - N'a, en dépit de tout cela rien pour me plaire.

    C'est une catastrophe cette lecture, que de temps perdu... ça ne relève pas de l absurde, mais c'est bien tordu. Je m'ennuie à mourir, quelle que soit la fin je la souhaite juste rapide. Je me fous de savoir si elle va retrouver ou non sa grand mère, il y a des récits enchâssés, des compte rendus de séances de psy où le psy a nettement plus besoin d aide que ses patients, et aussi tout un tas de théories énoncées par l un ou l autre personnage où il est question de langage, de fonction... ça ressemble fichtrement aux cours de stylistique, je ne comprends rien et je m'énerve. 

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Morgue 0 commentaire
  • Sur la plage abandonnée

    couverture beckett o les beaux joursO les beaux jours, Samuel Beckett

    Enfin sorti de ma bibliothèque. Je savais que ça ne serait pas simple, je n'ai jamais beaucoup accroché avec Beckett, c'est trop obscur pour moi. Le sens, déjà, est volontairement obscur, à peine arrive-t-on à mettre bout à bout les dialogues tant les didascalies prennent de place, elles sont partout, s'intercalent entre toutes les phrases, hachent menu la lecture - je sais, qui n'est pas censée en être une. Une fois, j'ai vu jouer En attendant Godot, à Chartres. Je me souviens surtout du décor : presque rien.

    Et de même, obscur ce que j'imagine quand je tente de décortiquer ses pièces. Triste, mélancolique et pesant. Je ne peux que grogner, quand je ne suis pas sûre de comprendre. Pourquoi faut-il que tout soit si opaque ? Une phrase lancée et jamais élucidée...

    Dans ô les beaux jours, rien que Willie et Winnie. Deux personnes âgées, un mari, qu'on voit à peine, tantôt les mains, tantôt la tête. Il semble vivre là, à proximité de sa femme, peu loquace, peu mobile. Quant à sa femme, elle est enterrée jusqu'aux seins dans une petite colline herbeuse.

    Situation loufoque, qui symbolise je suppose la vieillesse, la mobilité qui disparaît peu à peu. Leurs journées sont rythmées par des carillons (il me semble). On se réveille, on dort, on discute - mais trop peu. Pour toute occupation, un sac d'objets du quotidien, brosse, brosse à dents, lunettes, parapluie. Et un revolver (la mort toujours à proximité?). Les souvenirs, aussi, ont une place importante, le passé, par bribes. 

    Au moins en voici une qui a tout le temps de se rendre compte qu'elle a un pied, voire les deux, dans la tombe.

    Je ne déteste pas. Je sais simplement qu'il faut une motivation extérieure - le tirage au sort en est une - pour me lancer aujourd'hui dans ces lectures-là, sans y être contrainte par les études car ça me laisse seule avec ce paquet de "????".

     

     

    Lien permanent Catégories : Morgue 3 commentaires
  • Vote blanc

    terre de brume couverture, cindy van wilder, belgeTerre de Brume T2 - Le choix des élues, Cindy Van Wilder

    Suite et fin de la mini-saga. Toutes précautions prises, je ne peux pas exprimer grand chose d'autre que de la déception. Ce second tome manquait de pep's. On y retrouve nos deux héroïnes et le même léger marquage LGBT que dans le reste des œuvres de Cindy Van Wilder. Intissar et Héra poursuivent leur aventure, à la recherche d'une arme anti-Brume, font de nouvelles rencontres et parlent même à un Dieu.

    Mais je crois que le récit manque de cassures, de surprises. L'émotion est là, mais poussive.  Et le défaut que je trouvais au premier, à savoir ces alternances de points de vue alors que les deux personnages, en plus, sont ensemble au même endroit m'a encore plus agacée. Et non, je ne boude pas parce que j'attendais autre chose de la relation entre Inti et Héra, c'était bien comme ça, rien à redire !

    Conclusion, plus je lis d'autres romans de Cindy Van Wilder et plus je suis inquiète à l'idée de relire un jour La lune est à nous. Je crains de m'apercevoir qu'il ressemble plus aux autres romans que je ne le voudrais. Peut-être vaudrait-il mieux ne jamais vérifier et garder intact ce bon souvenir.

    Il me reste la série des Outrepasseurs à découvrir.

     

     

    Lien permanent Catégories : Morgue 0 commentaire
  • De marbre

    si vous ne savez pas quoi offrir aux instits de vos gamins, roman historique, pietra viva, recondoPietra Viva, Léonor de Recondo

    Il y a des tas de façons de recevoir des conseils de lecture... Preuve que je suis bonne pâte comme fille, je ne me suis pas formalisée de celle-ci : un bout de papier jeté sur mes genoux alors que j'étais tranquillement penchée sur ma liseuse. Jeté par la dame de la chaise voisine. Pas le modèle le plus cordial de l'assemblée, aussi me suis-je dis que ça devait être son maximum en terme d'approche sociale. N'ayant guère de leçons à donner en la matière, j'ai déplié le papier, lu les deux titres, ai indiqué que je connaissais déjà le roman de Giebel (je crois que c'était Meurtres pour rédemption) mais pas l'autre et que je tâcherais de réparer ça rapidement.

    C'était le soir qui précédait le bouclage de la valise, l'ouvrage conseillé a donc eu le temps de rejoindre la pile. J'ai voulu la semaine dernière lui faire un retour. J'ai bégayé pour emballer ça un peu mieux que "c'était nul". Ne m'en suis pas vraiment sortie. J'aurais dû attendre d'avoir écrit l'article et d'avoir mis mes idées un peu au clair. Elle m'en a conseillé un autre, je ferai mieux pour elle la prochaine fois. 

    Pour vous ce n'est pas encore trop tard, même si je suis toujours emmerdée avec ces livres dont le principal tort est de me faire me cogner la tête dans mon plafond social. 

    Histoire : L'Histoire. Tout court + celle des arts. Un minuscule extrait de la biographie (romancée ? documentée ? aucune idée!) de Michel-Ange. Le gars est connu pour sa Pièta et pour son David, il apprend la mort d'un très beau jeune homme (un moine) et quitte Rome pour aller sélectionner à Carrare les blocs de pierre pour le tombeau du pape. Et là il parle à un enfant alors qu'il n'aime pas les enfants.

    C'est très court comme livre. C'est assez introspectif (si ça ce dit), intellectualisé. Je ne crache pas sur le côté historique, mais qui n'est pas hyper instructif. Ni sur les quelques considérations sur la sculpture. J'ai juste trouvé l'ensemble assez creux. L'émotion avec l'enfant, tout ça... surjoué.

    C'est mon impression globale : comme on parle d'art, on se sent obligé de jeter des pétales de mots en l'air et de jouer de la lyre pour les lecteurs. Je préfère la tartiflette, surtout quand je suis en Savoie. 

     

    Lien permanent Catégories : Morgue 2 commentaires
  • Worst trade center

    élément perturbateur, chantraine, roman feel-goodUn élément perturbateur, Olivier Chantraine

    Le bonhomme est cerné assez tôt. A peu près au moment où il se lamente sur le prénom que ses parents lui ont choisi (Serge). Alors que sa sœur s'appelle Anièce quand même !! Cet égoïste de 40 ans vit chez ladite sœur, qui lui prépare depuis toujours ses mouillettes au petit déjeuner. D'ailleurs, s'il se lève un peu trop tôt et qu'il y a autre chose à faire avec la cafetière qu'appuyer sur le bouton, il retourne au lit faire semblant de dormir en attendant que ça se fasse tout seul. Et hors de questions pour la sœur d'avoir une vie privée.

    Il travaille dans une boite qui monte des plans tordus pour proposer à des billets de banque un peu de tourisme en passant surtout par de petits pays (Suisse, Luxembourg) et par des îles avec un nom d'animal à sac à main. Poste obtenu grâce à son politicien de frère, ministre des finances. L'intrigue démarre quand il se trouve mêlé à une magouille un poil plus louche que d'ordinaire et qu'il fait tout capoter. Pour vous résumer, ce grand dadais hypocondriaque et occasionnellement aphasique, se prend pour Besancenot au pays du Medef et traverse la vie d'un pas nonchalant et nombriliste.

    Comme Laurel ne va pas sans Hardy, il ne tarde guère à former un duo de choc avec sa collègue, la sexy (j'ai oublié son nom et l'étagère est trop loin). Celle-ci souffre visiblement elle aussi d'un désordre psychiatrique. Elle est normale une minute, c'est à dire aguicheuse de première, chaude comme une bouillotte, une collègue féminine standard quoi, et trois secondes plus tard pour peu que le patron passe dans le couloir ou pire, si le frère ministre est évoqué, elle se transforme en une arriviste forcenée prête à piétiner quiconque se place en travers de son futur poste aux States. Le pauvre Serge passe du sauna à la douche froide toutes les cinq minutes.

    Il n'y a presque pas de clichés dans ce roman. De clichés absents de ce roman, my bad, j'ai oublié un mot. Mais vous savez comme je suis magnanime et comme je m'adoucis quand on respecte la diversité de la société. Et là je dois bien dire qu'il y a du lieu commun pour tous les goûts, personne n'est lésé :  le mec qui remonte son pantalon dès qu'il a joui, le politique véreux, la sœur vieille fiche moche et dévouée qui finit par se rebeller, le toubib mi-charlatan aux plantes, la femme d'affaire aux dents longues, le brave comptable terne, le pdg de province qui se prend pour un cow-boy, le requin de la finance au coeur de midinette. Cerise sur le gâteau, pour un rapport sexuel hétéro sans préliminaire à cheval sur une photocopieuse, une sodomie gay dans des toilettes publiques offerte.

    Le pire c'est que c'était désolant, mais marrant.

     

    Lien permanent Catégories : Morgue 5 commentaires