Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tale me more - Page 5

  • Vue sur mère

    arrache_coeur_vian.pngL'arrache-coeur, Boris Vian

    En 2011 j'ai redécouvert et enfin apprécié L'écume des jours, que j'avais lu bien des années auparavant, trop tôt. A ma satisfaction, j'ai retrouvé dans L'arrache-cœur le même débordement délirant de l'écriture, style reconnaissable entre tous qui mêle à un univers quotidien familier toutes sortes d'intrus.

    Comme ces mots forgés de toutes pièces mais dont on parvient grâce au contexte à saisir le sens potentiel. Certains passages - que j'ai oubliés, je suis impardonnable et le support livre audio ne me permet guère de feuilleter - étaient sublimes, pure poésie.

    Dans l'écume des jours, avec ce thème de la maladie dont je reconnais qu'il ne me met jamais à l'aise, mon plaisir n'était pas complet. J'ai été très surprise de l'orientation prise par l'Arrache-coeur, d'une part parce que j'ignorais tout du contenu, d'autre part parce que je ne l'ai pas sentie venir avant un bon moment, focalisée que j'étais sur Jacquemort, le psychiatre qui, au début du roman, arrive au village.

    Il se déclare né de la dernière pluie, quasiment au sens propre: il prétend être né l'année précédente et cherche des esprits à étudier pour remplir le vide de son être. Au premier chapitre, il pénètre dans une maison où une femme est en train d'accoucher, tandis que le mari, l'infâme fécondateur auteur de cette douleur infernale, a été puni et enfermé dans sa chambre.

    Ce sont trois bébés qui viennent au monde. Pas des triplés, non, des trumeaux :  2 + 1. Ce petit détail, ainsi que les prénom choisis, Joël et Noël + Citroën m'ont conquise. Après, c'était parti. Tout, le psy bizarre, les gens étranges au village, la foire aux vieux, le curé, ses prêches délirants et son combat contre le démon sur un ring... La barque de l'homme qui prend sur lui toute la honte des habitants. Les apprentis qui se prennent des coups parce que c'est la coutume. J'ai trouvé chaque passage génial, chaque personnage fabuleux.

    D'où ma surprise lorsque j'ai compris que le roman se recentrait sur les enfants et que la mère était le personnage central, en réalité. Une mère fascinante, brusquement prise d'une sorte de fureur maternelle, ou plutôt d'une obsession de se renvoyer à elle-même l'image d'une mère parfaite. Ce qui semble, dans son esprit, être synonyme de sacrifice. Des sacrifices absurdes. Et d'un empressement morbide à imaginer ce qui pourrait leur arriver de pire, avec pour prétexte de les en protéger. La fin du roman décrit l'escalade de cet amour exponentiel.

    Un thème fort, parmi d'autres, qui vient clore superbement le texte. Comme dans l'écume des jours, il y a matière à réflexion sur notre société presque à chaque page.

    L’œuvre est riche, si vous ne connaissez pas Boris Vian, c'est le moment de faire montre d'un peu d'audace et de sortir des sentiers battus.

     

  • Sans la Vue sur mère, finalement

    Je ne peux décemment pas laisser Dérapages en haut de ma page plus longtemps n'est-ce pas? Mais je n'ai presque rien lu depuis, la faute à ma petite sœur qui m'a enfin apporté mon cadeau de noël, à savoir la saison 1 de la série Orange is The New Black (mmh Alex...) - et je suis accro.  De plus, à force d'entendre parler partout de Game of Thrones, nous avons décidé d'attaquer à la fois la série tv et les trop nombreux romans... J'ai déjà un retard phénoménal sur ma comparse, je finis à peine le premier volume. Pour l'instant ça ne casse pas trois pattes à un canard côté originalité, mais donne tout de même envie d'aller plus loin.

    L'actu c'est aussi la frustration d'un livre audio génial emprunté à la médiathèque, La maison d'à côté de Lisa Gardner et... salement rayé ! M'en suis aperçue à la 21ème piste, autant dire que le suspense était à son comble et qu'il me FAUT absolument la suite, sous n'importe quelle forme, même en braille!

    J'ai même encore une autre lecture en cours...

    En attendant, voyons un peu Boris Vian, auteur mort - bonne nouvelle pour moi car je dois avouer que j'ai eu un peu honte après lecture du commentaire de Sophie Dieuaide, j'avais quand même salement bâclé en 5 lignes mon avis sur son roman et sans aucun sérieux - ce qui est mon habitude - mais d'habitude aussi mes auteurs sont bien morts ou bien à l'étranger. Je trouverai toujours profondément étrange et déroutant de savoir que quelqu'un écrit les livres que je lis. D'où la perturbation engendrée lorsque je déambule dans des espaces de dédicaces. D'ailleurs, j'ai séché le festival de BD, je n'ai assisté qu'à la soirée "Battle" de dessinateurs - ambiance déjantée ! Expérience sympa.

    Boris Vian? Oui, oui, j'y viens, demain peut-être si vous êtes sages.

    [  3 jours plus tard ^^ ]

    Inutile de râler, C'era (et à 3h tu ferais mieux de dormir) : vous n'avez pas été assez sages pour que je revienne, voilà tout!

    Quelle journée ! 45°C minimum dans l'atelier, pas d'air dans mon coin, un enfer, et ce soir juste au moment de partir, le ciel se couvre, une tempête éclate, des branches d'arbres se cassent, des trombes d'eau nous tombent dessus et de la grêle. Il ne fait plus que 22°C quand je monte dans ma voiture. Puis 26°C à la sortie de la ville où il ne pleut déjà plus. 33°C à l'entrée de l'autoroute. 40°C en arrivant chez moi.
    Snif, j'y ai presque cru pendant un moment ! On en est à combien? Une semaine comme ça, nuits et jours?

     

    Le point météo, c'est fait.

    Qu'est ce qui venait ensuite, déjà ?

    Oh! Le livre, ce livre ! Que j'ai adoré. Depuis que j'ai redécouvert l’Écume des jours à l'âge adulte, je succombe à la poésie étrange de Boris Vian. En livre audio, c'était parfait.

    Décidément, je ne peux pas abimer Boris Vian avec mes bêtises. Je vais lui faire un bel article tout neuf. Faudra encore attendre un peu !

     

     

  • Accidents de parcours

    dérapages-thiéry.pngDérapages, Danielle Thiéry

    Un roman policier déroutant. Comprenez que je me suis rapidement retrouvée hors piste... Un suspense inexistant, une écriture chaotique, un thème central survolé. J'annonce tout de suite la couleur pour ceux qui ne veulent pas perdre leur temps : tout mon article ne sera qu'une succession de critiques.

    Lire la suite

  • Groupement de textes

    Groupement d’œuvres destinées à la jeunesse, autour de la thématique évidente "Livres achetés pour ancienne vie et que je n'ai jamais eu l'envie d'ouvrir". Mais je l'ai dit, non, que je vidais mes stocks?

    gilgamesh-cassabois-hatier.pngLe récit de Gilgamesh, adapté par J. Cassabois

    Tout est dans le "adapté", ce ne sont que des extraits. En même temps, pour une fois, j'étais soulagée d'échapper à la totalité d'un texte dont je n'avais jamais entendu parler avant de le voir dans les programmes de 6e et que je soupçonnais de sentir la poussière.

    J'avais tort, (une nouvelle fois) c'était pas mal du tout. Presque il se pourrait qu'un jour je me décide à lire la totalité. Belle histoire d'amitié, récit poétique.

     

    oedipe-dieuaide.pngOedipe schlac! schlac!, Sophie Dieuaide

    Schlac, schlac, là encore tout est dans le titre : à l'occasion d'un spectacle des élèves de primaire sont instruits de l'histoire d'Oedipe, cet homme à la famille dysfonctionnelle.

    C'est un très court roman, très drôle, sauf que je lui reproche fortement la coupure finale brutale qui tombe comme une machette dans un bol de soupe. Tsss, mais quelle fâcheuse pirouette...

     

    projet-oxatan-colin.pngProjet oXatan, Fabrice Colin

    Fabrice Colin... J'avais lu ces nouvelles, Comme des fantômes. Et compris que même pour s'adresser à un jeune public, il ne lésinerait pas sur la qualité de l'écriture. 

    Récit de SF soigné, sans originalité excessive, sans suspense véritable, donc, mais qui maintient toutefois notre curiosité à bon niveau.

     

     

  • Ecrits noirs sur blancs

    effacement, percival everett.pngEffacement, Percival Everett

    Entre mes monologues ici et la température au boulot qui est à vous faire fondre sous vos deux ou trois couches protectrices, c'est à ne plus avoir pour écrire qu'une bouillie de cervelle liquéfiée et démotivée!

    Ajoutez que le chien, qui a très peur de l'orage, ne cesse de haleter, tourner et virer la nuit au point de m'empêcher de dormir. Et dire que j'arrive encore à lire assez pour avoir... Allez, jouons! Combien dois-je écrire d'articles pour être à jour ? Quelle température fait-il dehors à 6h du matin ? Combien d'heures ai-je dormi la nuit dernière?

    Les réponses (en désordre) : 7, 5, 23. Je ne donne pas la solution, avec un peu de logique et sachant que je ne vis pas en Alaska ...

    Pour les plus anciens fidèles, question bonus : quel livre de Percival Everett avais-je apprécié un été lointain, au point de me souvenir encore d'une citation, ce qui est rare?

    ---

    Bien, reprenons. J'ai dormi 13mn providentielles pendant la pause déjeuner, on peut dire que je suis dans un état potable.

    Il s'agissait donc de Blessés, l'histoire d'un meurtre raciste dans l'ouest américain, roman étrangement doux et paisible, pourtant. Lecture qui me fait souvenir de son contexte: vacances, soleil et transat.

    Que dire d'Effacement?

    Que je l'ai aimé - après un début très difficile - sans pour autant en saisir vraiment le propos principal. Le héros est un professeur et écrivain. Ce qu'il écrit est difficile d'accès, c'est le moins qu'on puisse dire... D'où l'aridité du début. Il est issu d'une bonne famille, mais pas très fort en relations familiales, il vient de perdre son père, et sa mère, de perdre la tête. Et puis il est noir, ce qui n'est pas sans lui créer des problèmes originaux: son agent littéraire trouve qu'il n'écrit pas assez noir. Que ça manque un peu de problématiques raciales, de ghettos et de cette "communauté" à laquelle ce brave gars, fils de médecin, perplexe, ne se sent pas spécialement appartenir.

    Or, tandis qu'il vend péniblement trois exemplaires de ses bouquins de qualité, quelqu'un d'autre s'est engouffré dans la brèche des gamins des rues, de la drogue, du langage vulgaire, de la misère etc. et a pondu l'inévitable best-seller porté aux nues parce que "tellement vrai".

    Dépité, il se lance et crache en quelques heures une parodie qui surjoue encore davantage le côté glauque, avec le gamin noir paumé voyou, voleur, violeur et qui ne peut s'empêcher de mettre enceinte toutes les 3 secondes et sans délicatesse une femelle, mais touchant quand même parce que représentatif de sa "communauté". Et grâce à son agent qui jubile, l'impensable arrive. Son livre publié sous pseudonyme rencontre un énorme succès, sans que personne n'en perçoive l'ironie.

    L'ensemble de ce roman est enchâssé dans Effacement. Et oui, ce qui fonctionne, c'est qu'il est beaucoup plus facile de lire l'histoire d'un môme qui rumine sa pauvreté que de lire ce qu'écrit le professeur en son nom propre.

    Mais le roman va au delà, avec ce père mort dont on découvre les secrets, la mère gâteuse dont il faut s'occuper, le reste de la fratrie. Les femmes. Toute la vie, complexe, d'un homme. J'ai cherché des liens à tisser entre ces deux cordes qui se déroulent côte à côte, celle de l'écriture et celle de l'existence. Rien de concluant, je passe sans doute à côté de quelque chose.

    Dans l'ensemble, bon. Un TB pour l'écriture, un B pour l'intrigue, un B aussi pour la réflexion sur l'écriture et sa réception.