Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tale me more - Page 5

  • Sot l'y graisse*

    drôle, conjuration,imbécile, tooleLa conjuration des imbéciles, J.K. Toole

    Nouvelle-Orléans, années 60. Ignatius Reilly, homme adulte ayant suivi des études aussi longues que possible, vit cloîtré chez sa mère, dans sa piaule malodorante. Dédaigneux, colérique, égoïste, réactionnaire, persuadé d'être un génie méconnu, il a un avis critique sur tout, de nombreuses névroses, fait une fixation sur le fonctionnement de son système digestif et a toutes les apparences de sérieux blocages sexuels. Son existence consiste à écrire rageusement dans des cahiers et à se goinfrer. Alors lorsqu'une dette contractée par sa mère le contraint à se chercher un boulot, croyez bien qu'il va y mettre toute la mauvaise volonté possible. 

    C'est toujours délicat, un roman dont le personnage central est détestable. J'ai déjà changé plusieurs fois la catégorie de cet article, qui était au départ dans les urgences (les coups de coeur) et puis je l'en ai ôté, je ne sais pas bien pourquoi. Et ce soir, allez, je l'y remets. Je n'identifie pas bien ce qui me fait hésiter car j'ai ri plusieurs fois et je trouve qu'il y a quelque chose du chef d’œuvre dans la galerie de personnages secondaires (la mère bien sûr, les pantalons Levy, le night-club pitoyable) . L'écriture ne m'ayant pas déçue non plus... c'est quoi mon problème, en fait ? C'était très bien.

     

    * Je n'aime pas préciser dans mes articles que les personnages sont obèses. Néanmoins je ne veux pas être accusée d'un titre incompréhensible.

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Urgences 0 commentaire
  • En période décès

    essai non concluant,thanatonautes,werberLes Thanatonautes, Bernard Werber

    D'après la définition du Robert, ce roman est une "manière de faire cuire certaines viandes à l'étouffée". Si comme moi vous avez le niveau croque-monsieur en cuisine, je vous décode : c'était une daube.

    Les fourmis ! Werber ! Monument de mon adolescence ! Un récit à suspense, des choses à apprendre à chaque page, dans des domaines variés. Je me souviens des énigmes et des solutions des énigmes, j'admire toujours ces insectes et j'utilise parfois une méthode de relaxation que j'avais découverte dans les petits articles de la fictive encyclopédie du savoir relatif et absolu qui s'intercalaient tout au long de l'histoire principale. Quand je rends visite à mon père et que je croise la voisine, il lui arrive encore de me demander si je m'intéresse toujours aux fourmis. Je passais des heures à les pister dans l'allée et à les regarder à la loupe. J'en ai même tristement engluées quelques unes pour les besoins de ma science.

    Thanatonautes, même schéma exactement. Histoire faite de petits chapitres rapides qui alternent avec une "encyclopédie", cette fois, un beau travail de recherche sur les rites associés à la mort dans diverses civilisations, religions et mythologies. C'était le point fort du roman.

    Si les ingrédients sont les mêmes alors disons que c'est la convive qui a changé...

    J'ai trouvé cela très mal écrit et d'un sexisme désolant. La nana est la seule de l'équipe, quand on la présente à des officiels, à ne pas avoir de nom de famille. Il y a M. Machin, M. truc et Amandine. Bah oui quoi, Amandine, M. le Président, vous savez bien, l'infirmière chaudasse qui couche avec tous les thanatonautes. (Les deux autres femmes, par la suite, s'en sortent à peine un poil mieux.)

    Rien de grave. C'est ce que je lisais sans rien y voir de spécial il y a 20 ans. Je ne fais pas exprès de me focaliser là-dessus. C'est juste si gros, là, sous mon nez, si choquant, si risible, je ne peux pas ne pas le voir. Dire que je ne suis même pas une vraie féministe. Je ne milite nulle part, je suis dans la mouvance tiède passive.

    Le récit en lui même : des gars décident d'envoyer des condamnés volontaires dans le coma pour explorer le territoire de la mort et avancent petit à petit dans l'exploration, zone par zone, chacune sa couleur et sa particularité et son épreuve à passer, la peur, le temps, les fantasmes.

    Notez au passage la subtile satire de la société de consommation et de la publicité.  Et de l'humanité toute entière. Bonne idée. Mal écrit. Ah ! et c'était un peu trop catalogue, ça manquait de rythme et de cohérence scientifique d'ailleurs au passage. Ils sont morts ou ils sont dans le coma ? Ouh ouh, quelqu'un a un stétho que j'en aie le cœur net ?

    Voilà. Là, je suis un peu sévère. On sent la différence avec les romans que j'apprécie, rassurez-moi ?

     

    Lien permanent Catégories : Morgue 0 commentaire
  • Entonnoir à lectures

    Juin 2020

    État de la liste : 185 titres

     

    Objectif du mois dernier : Les thanatonautes, Werber (lu)

    Ce mois-ci : La conjuration des imbéciles, Toole (qui est dans ma PAL depuis... pfffiou)

    Le mois prochain : Musil ou Garat

     

    Mise à jour de l'entonnoir

    liste-mai-2020.JPG

     

     

     

    (Principe : Les titres entrent à gauche par initiale du nom de l'auteur et progressent vers la droite par tirage au sort chaque fois qu'une case adjacente se libère.)

    Lien permanent 0 commentaire
  • Dites "Aaarg"

    maladie de sachs, wincklerLa maladie de Sachs, Martin Winckler

    C'est marrant... L'auteur a le même nom que celui du Choeur des femmes ! Et tous deux écrivent des histoires de médecins qui étrillent la profession. D'ailleurs, ils sont tous les deux médecins et au fond, c'est eux-même qu'ils mettent en scène dans leurs récits. Ils ont en commun de penser qu'il faut en finir avec le soignant pontifiant, face au patient soumis et révérencieux. En finir avec la douleur, qui n'est pas une fatalité.

    On pourrait croire qu'il s'agit de la même personne. C'est d'autant plus troublant que si l'on consulte leur fiche sur livraddict et qu'on regarde leur photo, ils ont carrément la même tête ! Fascinant...

    Pour être précise, seulement presque la même tête. Mmmh c'est une question de proportion, si vous voulez mon avis. Celui de la maladie de Sachs a une bien plus grosse tête. Une très très grosse tête. Et à mon avis, si on recadrait la photo, ça vaudrait le coup de mesurer son tour de cheville.

    Le choeur des femmes fait partie des très rares livres qui ont changé ma vie. Il a complétement changé mon regard sur la médecine - en particulier la gynécologie, qui était au centre de l’œuvre -  il a même créé ce regard, une opinion et un engagement là où je n'en avais guère.

    La maladie de Sachs est presque son jumeau, on y retrouve tout, y compris la forme, fragmentée. Ici non seulement le récit s'assemble par petites touches, mais l'énonciation est atypique, il faut un petit temps d'adaptation. Tout est écrit du point de vue d'un patient, qui décrit ce que fait le médecin, à la 2e personne. On change de patient régulièrement mais plusieurs reviennent et l'ensemble finit par former un récit à suspense, car certains éléments ne trouvent qu'à la fin une explication. De même que d'autres destinées, que l'on pensait sans lien, finissent par se rejoindre; C'est habile.

    Le dernier quart efface l'ennui des débuts.

    En revanche, à message équivalent, la maladie de Sachs n'a pas l'humilité du chœur des femmes, loin s'en faut. Mais ce n'est peut-être qu'une question de maturité, 10 ans les séparent. Celui-ci, tout en s'attaquant aux confrères incapables d'écouter leurs patients, de penser à soigner avant de penser à faire les médecins, se donne un sacré beau rôle et c'était très agaçant.

    Lien permanent Catégories : Médecine générale 0 commentaire
  • L'oiseau de malheur

    chardonneret-tartt.jpgLe chardonneret, Donna Tartt

    Les histoires de drogue m'angoissent. Sans doute qu'à certains moments j'ai renâclé à ouvrir le roman à cause de ça, opté pour une autre de mes lectures parallèles. Sans en être le thème, c'est un axe central de ce récit initiatique. Ce n'est pas la première fois que je remarque que quand ça tourne mal pour un personnage auquel je me suis attachée, soit il me faut dévorer les pages à toute vitesse, presque sans toucher les lignes, pour qu'il se sorte rapidement du pétrin - et gare à qui vient me déranger à ce moment-là, ou me poser une question que je n'aurai pas entendue, ma réponse ne vaudra pas tripette - soit j'esquive, je pose le livre, je reviens plus tard. Comme si une part de moi espérait que pendant ce temps quelqu'un serait venu faire le ménage, arranger les choses, que la tempête serait passée sans que j'aie à me taper les catastrophes.

    A treize ans Théo perd sa mère dans un attentat au musée. Il en sort traumatisé, accablé par la culpabilité et les inévitables "et si..." qui voudraient réécrire le passé. Il se trouve qu'il en réchappe aussi avec deux secrets : une rencontre dans les décombres et un tableau emporté sans conscience véritable de son acte.

    C'était un roman corne d'abondance, qui a tout de la soirée roborative entre amis - si vous vous souvenez encore de ce que c'est - il y a d'abord eu l'agitation bavarde, le repas joyeux avec de quoi piocher pour tous les goûts : une très belle histoire d'amour, un peu triste. Le personnage de la fille, superbe, pas besoin d'être souvent présente dans l'histoire pour prendre énormément de place. Une amitié poivre et sel avec un autre garçon paumé.  Une rencontre décisive avec un restaurateur de meubles. L'art, sous plusieurs formes. L'amour fou pour ce petit tableau, cet oiseau enchaîné. Le deuil. Tout ce qui marque sa jeune vie, le pire et le meilleur, mêlé.  L'atmosphère se relâche. La torpeur repue de fin de soirée l'emporte. Il y a de longues pauses digestives, je suis certaine d'avoir parfois décroché rêveusement. Théo est dans le bus, le trajet est long. Je m'assoupis un peu. Je suis bien.

    Quand on dit d'un roman qu'il est beau, en général, c'est que c'est un peu chiant lent par endroits. Dnas un beau roman, on ne s'attend pas à des flingues, des dealers, une profusion de lieux - New-York, Las Vegas, Amsterdam. J'ai eu ça ET une mélancolie anxieuse, métaphysique. C'est tout ce mélange qui m'a bien plu.

     

    Lien permanent Catégories : Urgences 0 commentaire