Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tale me more

  • Un truc qui cloche...

    Blog-Dome-Stephen-King.jpgDôme, Stephen King

    Quand Stephen King utilise une cocotte minute pour faire monter la pression de son lectorat on obtient Dôme, roman fichtrement addictif. Deux tomes de 700 pages dévorés en un rien de temps.

    Lire la suite

  • Le blanc est une couleur chaude

    En janvier, j'étais décidée à écrire un petit truc sur Dans les forêts de Sibérie, de Sylvain Tesson. Journal tenu durant six mois par l'auteur lors de son séjour dans une cabane (confort minimaliste) au bord d'un lac russe gelé et isolé. J'ai eu froid d'un bout à l'autre et je m'interroge : comment ai-je réussi à venir à bout d'un livre dans lequel il n'est question que de boire de la vodka, lire, boire de la vodka, manger des pâtes au ketchup, boire de la vodka, jouer de la flûte à des mésanges, rencontrer des russes rustiques, boire beaucoup plus de vodka et marcher dans la neige?

    J'en étais arrivée à cette citation pleine de testostérone dont je n'ose vous priver :

    "Les Russes adressent encore quelques toasts à des choses extravagantes puis, sans coup férir, ils crient qu'il faut "se tirer putain de bite" et ils remettent leurs vestes, et ils insultent leurs gants et leurs bonnets et leurs écharpes et l'un d'eux envoie un coup de pied dans la porte en la traitant de "bite" et, me laissant le bon saucisson à peine entamé de moitié, ils démarrent et je reste là, sur la grève, un peu sonné, au seuil d'une journée bousillée par la vodka."

    Puis j'ai oublié mon début d'article.

    Trois mois plus tard, la fonte des glaces n'a pas eu lieu ! Même décor enneigé - quoique un poil plus peuplé - avec là aussi le compte de mâles rustiques.

    couv74599488.jpgCar, oui, enfin, j'ai replongé dans le Trône de Fer, son célèbre "Winter is coming", ses personnages plus nombreux que dans un roman russe, ses complots, alliances, trahisons.  C'est délicieux !!

    Je n'en pouvais plus de tomber sur des révélations à chaque coin du web, faute d'avoir dépassé la saison 1 de la série. Que de sournoiserie, parfois... on lit tranquillement une recette de fondue de courgettes sur Ta-Marmite.com et bam "j'en mangeais justement le soir où (personnage X) est mort, ça m'a coupé l'appétit".
    Un tour sur Mode&Maison.fr ? "Je voeu dékorer ma chambre com celle kan on torture (Y) dans Game of thrones kkun peu maider stp ? "

    Même sur Doctorissumo.org certains demandent où se procurer les poisons les plus courus chez les Lanisters...

    Notez donc : j'en suis au tome 4 (découpage français - c'est à dire au coeur de l'intégrale 2) et bien décidée à poursuivre dans les mois à venir.

    Quant à la série, je vais voir. Paraît qu'elle prend rapidement de plus en plus de libertés, par rapport aux romans. Ce n'est pas pour me plaire. Et surtout je ne cautionne pas la course au sensationnel nourrie par de la complaisance envers la violence sexuelle. Certes, la période moyenâgeuse décrite n'est guère propice au féminisme. En effet, c'est si souvent la guerre là-dedans que les 8 mai passent sans que quiconque ait le temps d'aller acheter un aspirateur pour la journée des droits des femmes. 

    Je sais, je me répète, sur ce sujet, mais pourquoi non ? Certaines idées ne rentrent pas bien dans les cervelles bouchées... Dans un article de blog consacré à un roman d'une exquise délicatesse, dans lequel une femme contemporaine expédiée au XVIIIe siècle se console d'être violée parce que le gars ressemble à son petit copain donc ça va il est mignon, la lectrice, qui est une personne réfléchie, je le sais, écrit : "quelque chose m'a un peu dérangé, à mon goût il y avait un peu trop de scène de sexe" et  "je ne suis pas du tout d'accord avec tout ce côté anti-femme, mais d'un autre côté c'était la réalité de l'époque et il est parfois bien de se souvenir de l'histoire" (avant de le noter 10/10).

    C'est un argument qui revient souvent "c'est pour la couleur locale, pour la véracité historique". Oui. Bon. Sauf que. Ce n'est pas tant ce qui est raconté, qui compte, que l'axe choisi pour présenter les évènements. Si je décris pendant 100 pages la vie d'un esclave dans un très historique champ de coton, avec le maître des lieux qui prospère et se réjouit de son petit domaine, je n'envoie pas le même message que si je m'attarde sur les coups reçus par l'esclave, son ressenti, sa douleur.

    Je ne vais pas prétendre abruptement que tout récit doit orienter moralement son lecteur. Il existe forcément des romans qui jouent sur leur neutralité apparente en nous bombardant de faits dérangeants. Aucun titre ne me vient comme ça, mais je vous en prie, venez à ma rescousse. Quoi qu'il en soit, la plupart du temps, quand on aborde des questions morales, le positionnement ne laisse guère de doutes. Etrangement, quand on aborde certains sujets, c'est beaucoup plus flou et fleurissent les excuses "c'est pour l'Histoire" , "c'est de l'humour".

    Pour en revenir à G.o.T, on y trouve par exemple nombre de femmes prostituées, mais je trouve leur image plus riche et nuancée dans les romans que dans la série. C'est flagrant combien la femme, dans le roman, est remplacée par un simple objet sexuel. Je vous invite à lire l'intégrale 1 avant de regarder la série et à comparer, si vous avez des doutes.

    Et pour finir une leçon d'humour subtil, si vous avez besoin d'un autre exemple, avec Guillaume Meurice sur France Inter

     

    Pour une fois qu'un de mes articles est dans le ton... on a jamais autant parlé du blanc que ces trois derniers jours, non ?

     

     

  • Semaine à lire

    Semaine à lire

    Le bilan est tardif mais promis je n'ai pas triché, je suis revenue dès le dimanche à mon rythme de tortue ! Pour cette semaine à lire, j'ai fait l'effort de m'attaquer à 4 romans, sur 5 prévus, en laissant de côté le Robert Merle. S'il me restait encore un peu de temps, j'avais épuisé ma motivation.

    Brièvement, mes quatre commentaires :

     

    Lire la suite

  • Un vendredi soir sur la Terre

    100_3342.JPG

    Je suis prête !  Je commencerai à 19h pile, par Casus Belli, roman dont je ne sais rien - pas même la provenance - et n'attend rien. J'ai prévu ma boisson favorite de l'hiver, citron chaud au miel, un peu de jambon blanc et du pain frais. J'ai bien l'intention de le finir avant la nuit. Aurais aimé être dès ce soir en charmante compagnie, mais je vais devoir patienter ! ^^

    Bon challenge à tous

  • Semaine à lire

    logo%2Bsemaine%2B%25C3%25A0%2Blire.jpg

     

    Proposé par Solessor et tout aussitôt accepté, ce rejeton bâtard du challenge "week-end à 1000" - auquel je n'ai jamais participé - et du défunt "read-a-thon" m'invite à engloutir un maximum de pages entre les vendredis 23 et 30 décembre.

    Une semaine pour rattraper une année complète de non-lecture, en voilà une idée qu'elle est bonne ! C'est à peu près l'équivalent de la diète d'urgence d'avant les fêtes : ridicule, infructueux mais tellement doux à la conscience...

    Occasion de faire revivre ce blog mais aussi de faire le point sur une année de maigres vaches littéraires, car le pâturage était difficile d'accès : déménagement et réduction de place pour les livres, ferme volonté de lire en priorité ceux déjà présents sur mes étagères - sans enthousiasme -, sortie de l'extension de World of Warcraft,  fin des déplacements en transports en commun, embouteillage devant le micro-onde à la pause déjeuner ...

    Je n'ai jamais été aussi assidue aux réunions du Book club Livraddict local pourtant ! J'y glane quelques idées, mais de pépites, point.

    Je saisis cette ultime chance d'améliorer le bilan 2016; Voici donc ma sélection pour cette semaine de lecture :

    - La passion, Jeanette Winterson - J'avais adoré son roman autobiographique "pourquoi être heureux quand on peut être normal?"

    - Tu ne m'échapperas pas, Lisa Gardner - Pour confirmer la bonne impression laissée par "la maison d'à côté"

    - Les hommes protégés, Robert Merle - Le mot "féministe" figure deux fois dans le résumé, je vais pouvoir me réjouir (chouette!) ou râler (ouaaaiiis)

    - Casus Belli, Anne Bragance - Dans ma pal depuis trèèès longtemps. Pourtant l'histoire semble sympa.

    - La nostalgie heureuse, Amélie Nothomb - Juste pour le plaisir de voir défiler très très vite les pages. 17 euros les 150 pages et des marges assez grandes pour y pique niquer... 1h de lecture en prenant le temps de faire à manger et prendre une douche.

    Soit un objectif de 212 + 477 + 441 + 233 + 152 = 1515 pages.
    (En lire 3/5 ce serait déjà pas mal...)

     Top départ vendredi, à 19h.