Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tale me more - Page 4

  • Bad beach boys

    ou on voit que je suis crevée et émotive, garçon, été, lighieri, thriller de l'adolescence, sang et eau Les garçons de l'été, Rebecca Lighieri

    Surf et beaux gosses, je ne pouvais que passer mon chemin ! Mais dans la sélection Folio de janvier, ces garçons de l'été étaient les chouchous de l'équipe et l'enthousiasme de l'argumentaire a suffi à piquer ma curiosité.

    Bon sang, qu'est ce que c'était bon... Lent et crépusculaire. Comme un amour d'été qui s'éteint.

    C'était pourtant un roman un poil trop mature pour moi. Je suppose qu'on le lit avec davantage d'intensité quand on sait ce que c'est que d'avoir des enfants. La mère est fabuleuse, dans son aveuglement. A travers son regard, on les fait nôtres ces deux jeunes dieux du surf, beaux et inconscients de tout ce qu'on a à perdre quand on est au plus haut de la vague.

    Le sentiment de danger ne culmine pas quand tout explose, c'est ce que j'ai trouvé de plus réjouissant - et étouffant - dans ce roman qui est à demi un thriller. L'autre moitié je ne sais pas trop. Ni une chronique familiale, ni un mélodrame. C'est réaliste, mais ça ne risque guère d'arriver. C'est un drame, mais si j'ai pleuré, je l'ai oublié.

    Soupir. Je voudrais être Zachée. N'ai-je pas plutôt été un peu de tous les autres, parfois ? Sauf Ysé, peut-être, qui est à part.

    Sang et eau...

    C'est une histoire. Elle m'a beaucoup plu. Je suis comme amoureuse. J'ai envie d'y retourner.

    Le relire un jour.

     

     

    Lien permanent Catégories : Urgences 1 commentaire
  • Détachant

    roth, tache, couvertureLa tache, Philip Roth

    Tout a commencé quand j'ai réussi à refourguer mon Winterson préféré à ma voisine de chaise du jeudi! Le roman circulait dans la rangée de derrière, elle ne connaissait pas, et suite à quelques échanges que nous avions eus, j'ai pensé que ça pouvait lui plaire. L'avenir nous dira ce qu'il en est.

    J'ai demandé en échange qu'elle me conseille un roman.  Lire sur recommandation, c'est une invitation à un jeu de piste. Il faut essayer de deviner ce qui a pesé dans la balance. A l'inverse, prendre le risque de proposer un livre, ou un film qui nous a touché, c'est s'exposer et livrer quelque chose de soi. 

    C'est encore plus intéressant, les choix qu'on fait quand on est pris au dépourvu. Elle a proposé La tache et il se trouve qu'il était déjà sur ma liste à lire, depuis fort longtemps. 

    Curieux choix. Si on est pas dans la misogynie (je n'arrive pas à trancher), au minimum, à mon sens, c'est un roman hyper masculin. Ce qui n'a rien à voir avec le narrateur ni avec le personnage central. Je n'ai eu aucun mal lire Fante, mais je n'ai à aucun moment réussi à épouser la pensée du roman de Philip Roth. Je suis restée extérieure, comme repoussée par un champ magnétique et j'ai l'intuition que cette sensation désagréable est liée au genre, sans pouvoir vous l'expliquer.

    Coleman Silk, l'homme dont nous parle le roman, est tout sauf attachant. Il est froid comme un bloc de marbre. Au début du roman, il est accusé de racisme. A propos d'étudiants absentéistes, qu'il n'a encore pas croisé une fois de l'année, il demande si ce sont de vrais élèves ou des "zombies" terme qui signifie à la fois "fantômes" et en argot "bamboula". Les étudiants en questions sont noirs.

    Or il n'y a aucun suspense, il n'est pas raciste. Il pourrait même faire s'effondrer l'accusation, mais il ne le fait pas car il faudrait pour cela sortir d'un sentier qu'il s'est tracé. Ses choix sont mauvais, cruels. On nous parle beaucoup trop de sa liaison avec une femme beaucoup plus jeune. Sa rivale à la fac, Delphine, est pathétique. Le personnage le plus réussi est un type dément, qui n'est pas revenu intact du vietnam.

    J'en ai marre de cet article, en fait.

    Je suis dessus depuis une semaine. Je ne m'en sors pas. Je suis fatiguée. Je laisse tomber.

    Lien permanent Catégories : Pharmacie 2 commentaires
  • Débat PMA, synthèse

    Je ne sais pas si je dois être heureuse de l'engagement des gens ou dépitée... mais mon article sur le débat PMA est celui qui a été le plus vu de tout mon blog depuis son lancement. C'est bien la peine que je me casse le cul à lire des bouquins.

    Nous avons reçu le compte-rendu de tout ce qui a été écrit pendant ce débat. C'est un peu plus équilibré qu'à l'oral, forcément, puisqu'à moins d'arracher les portables des mains il n'était pas possible d'empêcher les gens d'écrire.

    Le mail nous enjoint, pour parvenir à une synthèse, de choisir 6 verbatims (2 bénéfices, 2 risques, 2 dérives). Et précise "Nous n’avons pas reclassé les verbatim qui auraient dû l’être". Autrement dit, jusque dans la synthèse, il sera possible de choisir des arguments "risques" dans la catégorie "bénéfices"...

    Compte-rendu - Bénéfices
    Compte-rendu - Risques
    Compte-rendu - Dérives

    Je vous laisse lire. Pour les plus joueurs, saurez-vous retrouver dans cette mélasse mes contributions? 

    Je conjure mes lecteurs dotés d'une cervelle compatible avec la mienne d'aller prendre le temps de quelques votes sur le site officiel des états généraux de la bioéthique. On s'amuse bien là bas aussi !

    https://etatsgenerauxdelabioethique.fr/projects

     

    Lien permanent Catégories : Psychiatrie 2 commentaires
  • Clebtomanie

    j'aurai fait rire au moins une femme avec mon titre, chien en pleine forme, considerations sur la famille, bon de savoir qu'il y a pire, mon chien stupide, john fanteMon chien Stupide, John Fante

    Si vous trainiez déjà par ici en 2012, peut-être avez-vous souvenir de Condie Raïs, une auteure de nouvelles auto-éditée qui m'avait accordé une mini interview et dont l'identité était très mystérieuse. Parmi les sujets de prédilection de Condie Raïs, il y avait le Sauvignon et John Fante. C'est donc un grand plaisir pour moi, aujourd'hui, d'avoir enfin découvert cet auteur tant vanté. C'était... assez particulier.

    "Où étaient passés la dévotion et l'obéissance typiquement italiennes envers le père,
    l'amour clanique du foyer et de la famille ?"

    Celui qui s'interroge ainsi, c'est Henry J. Molise. Je serais tentée de dire "le héros du roman", mais d'une part, cet auteur de série B en manque d'inspiration et au caractère assez déplaisant n'a pas grand chose d'héroïque. Et d'autre part, si on part du postulat que le personnage principal du roman est celui qu'on y croise la majeure partie du temps, alors, ici, le héros est un pénis de chien en érection.

    Ça donne quand même une petite idée du ton du récit. Si vous aimez les choses bien proprettes, les parents aimants, les couples épanouis, ou même simplement les histoires qui vont quelque part, je vous conseille de passer votre chemin. Il y a bien un point de départ, c'est l'arrivée, par une nuit de pluie torrentielle de ce chien monstrueux, qu'on retrouve couché dans le jardin et qu'on commence par confondre avec un ours.

    Si on arrive à faire abstraction des nombreuses tentatives de l'animal pour se reproduire avec un spécimen mâle de notre espèce, tout le reste n'a plus rien à voir avec le chien, finalement. C'est une sorte de saga familiale grinçante, avec en figure de proue ce père, fils d'immigrés italiens, qui hésite entre aimer ses rejetons et laisser tomber tout le monde pour s'en aller goûter seul la bella vita à Rome. Les branches ou les racines, quoi.

    Faut dire qu'ils sont tombés un peu tôt de l'arbre, les gosses, tous déjà jeunes adultes ... Ils n'écoutent rien, prennent la maison pour un hôtel, font culpabiliser leur mère d'avoir eu, à leur place, une mauvaise note en dissertation. Ils font tout pour qu'on soit heureux de les voir partir. Mais rien n'est si simple, et c'est ce qui est beau, dans ce récit atypique, qui gratte aux entournures.

    "Elle était pourtant adorable, mon Harriet : vingt-cinq ans qu'elle tenait le coup à mes côtés ; elle m'avait donné trois fils et une fille, dont j'aurais joyeusement échangé n'importe lequel, voire les quatre, contre une Porsche neuve, ou même une MG GT '70."

    Pour varier les points de vue, l'avis de Solessor, qui a détesté !

    Lien permanent Catégories : Médecine générale 1 commentaire
  • Le guet luron

    guerre,pratchett,nain carotte,femme à poils,inventeur déjanté,humour que j'aime,satireVa-t-en guerre, Terry Pratchett

    21e livre des Annales du disque monde. Heureusement il m'en reste quelques uns à l'horizon et tant mieux. Je file droit sur Terry Pratchett quand je veux être certaine de m'amuser un peu. 

    Si vous ne connaissez pas cette série fantasy, sachez que chaque tome nous offre une satire thématique qui se déroule dans un même univers - principalement la ville d'Anhk-Morpok - et qu'on retrouve divers personnages tantôt dans un roman, tantôt dans un autre. Par exemple des universitaires magiciens, des sorcières, l'incarnation de la mort, une guilde des assassins à jour de ses cotisations sociales, ou bien encore les membres dévoué du guet (la police municipale).  Ce sont eux les héros de ce volume, comme d'un précédent que j'avais bien aimé, Au guet!, et le moins qu'on puisse dire c'est qu'on recrute large, dans leurs rangs : 

    Quelques imbéciles patentés nantis de doutes existentiels sur leur potentiel de séduction.

    Une louve-garou, un troll, une gargouille, un zombi, dont les différences sont pleinement exploitées. 

    Carotte, le nain qui s'ignore, incarnation de l'exemplarité et du devoir accompli, d'une candeur telle qu'il peut donner une tape sur la main des assassins et leur proposer de plutôt jouer au foot et ne voit en tout verre à demi vide qu'un récipient qui déborde d'amour de ses semblables.

    Sans oublier Vimaire, leur chef volontaire mais parfois exténué devant l'ampleur de la tâche à accomplir.

    Le thème de ce volume est inscrit dans le titre : la guerre. Un continent surgit brutalement des eaux à mi-chemin d'Anhk-Morpok et du royaume voisin du Klatch et mus par un instinct ancestral, les citoyens ne tardent guère à vouloir se mettre sur la gueule pour gagner le droit d'y poser le pied. 

    On reconnaît rapidement l'opposition Occident / Orient, et la façon de chacun d'insulter l'autre et de déverser des clichés est vraiment marrante. Une mention spéciale au personnage qui fait référence à Léonard de Vinci, un inventeur presque génial et visionnaire mais déconnecté de la réalité. 

    Un bon tome dans la série, qui me donne envie de pas attendre trop longtemps avant de lire la suite.

    Je conserve tout de même une préférence pour Les petits dieux ou Le faucheur.

    Lien permanent Catégories : Urgences 2 commentaires