Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

grâce efficace

  • Challenge Jonathan Coe

    Challenge_coe.jpgUne arrivée mouvementée

    Il y a dans ma P.A.L un livre particulier, auquel je tiens beaucoup, c'est un cadeau. Mais que je n'ai jamais eu le courage d'ouvrir. Testament à l'anglaise de Jonathan Coe.

    Me croiriez-vous si je vous racontais que pour que ce livre arrive sur mon étagère, j'ai dû faire un aller retour du parc à chez moi en petites foulées, puis courir derrière une mobylette (ou était-ce un vélo?) , puis derrière une voiture et enfin, me rendre en début de matinée dans un bar pmu sombre et peu accueillant?

    Le tout à cause de mon mauvais caractère et de remords tardifs?

     

    Aussi, quand je suis tombée sur ce challenge Jonathan Coe sur le blog de Myrddin me suis-je dit qu'il était temps d'affronter un peu de mon chagrin contre une lecture qui, parait-il, en vaut vraiment la peine.

    Il existe deux formules pour ce défi: un mini challenge (lire deux livres de Jonathan Coe) et un maxi (lire les huit romans). Devinez lequel a eu ma préférence?

     

    Je dédie ce défi

    A Jeanne,

    à nos divergences d'opinion concernant la grâce efficace appliquée à l'amitié,

    à nos lectures communes ratées, nos disputes, nos différences,

    à l'envie que tu me donnais de me dépasser pour t'atteindre,

    à ton amitié qui m'était précieuse,

    à tout ce que tu laisses inachevé.

     

    Mon challenge (7/10) :

    La femme de hasard (Traumatisant. Drôle pourtant)

    Une touche d'amour (Des récits dans un récit et toujours de l'humour)

    Les nains de la mort (moins d'humour mais plus de musique)

    Testament à l'anglaise (Une pépite!)

    La maison du sommeil (Mon préféré!)

    Bienvenue au club ( Beurk les années 70)

    Le cercle fermé (Suite du précédent. Beaucoup mieux)

    La pluie, avant qu'elle tombe

    La vie très privée de Mr Sim

    Expo 58