Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Médecine générale - Page 5

  • Théorie des correspondances

    Introduction, aujourd'hui, car deux annonces importantes:

    Je ne vais pas tarder à vous soumettre un petit sondage concernant quelques changements à apporter au blog d'ici l'été. J'ai noté que le noir et les couleurs criardes dépareillées posaient quelques problèmes. Mais surtout, vous ne trouvez pas qu'on parle un peu trop de livres ici? Ah! Nostalgie de l'époque où je racontais ma vie en termes plus ou moins cryptés... D'où:

    Les nécessités d'un hiver tardif mais rigoureux dans ma vie amicale et la conjonction d'un livre qui s'y prête me font pousser cet appel au secours: ECRIVEZ-MOI!!!

    Des commentaires, des mails, de longs poèmes d'amour, une liste de course, vos prévisions pour le tiercé... tout ce que vous voulez mais... s'il y a quelqu'un sur ces pages, animé de bonnes intentions, qu'il se manifeste et m'écrive! On n'aurait pas idée de passer chez quelqu'un, de se servir dans le frigo et de ressortir sans dire bonjour. Faites comme si j'étais un frigo! (On est pas si loin du compte.)

     

    Pour ceux qui aiment le noir et m'écrivent déjà, parlons lecture!

     

    une forme de vie, amélie nothomb, autobiographie, roman, ou les deux en même temps, irak, guerre, obésité, correspondance, échanges, lettres, amitié, j'adorerais recevoir tout ce courrier!!Une forme de vie, Amélie Nothomb

    Avis chrono'

    Le livre qu'il me fallait pour retrouver du plaisir à lire Amélie Nothomb. Un thème - la correspondance - qui m'attire, des passages brillants... Un mélange habile et intrigant entre éléments biographiques et fiction. Un humour bien dosé et des propos carrément acides sur ses lecteurs... Pour la peine, je lui pardonne la fin ratée.


    "Un lien ne me paraît complet que s'il comporte une part de correspondance."

    Me revoici en pleine Love Story, bon sang que ça fait du bien! C'est que nous étions brouillées, moi et Amélie N.  Vous savez comment c'est, on se tourne autour, on se dit qu'on est bien l'une avec l'autre et puis c'est le drame, un mot de travers et nous voilà fâchées.

    Avec le sabotage amoureux, nous avions échangé nos premiers sourires, avec Mercure j'avais entériné notre rapprochement et avec Stupeur et tremblements... Il y a eu consommation...

    Puis après quelques années de hauts et de bas, il a bien fallu nous rendre à l'évidence, la passion du début s'était émoussée et puis... est arrivé Le voyage d'hiver... Le coup de froid fatal. La rupture.

    Mais voilà, c'est le printemps, saison des amours, je succombe à nouveau au charme de cette auteure belge et pourtant, je l'ai vue à la télévision il y a moins de deux mois. Mon dieu qu'elle est affreuse, elle me fait peur et sa voix me terrifie... Vraiment, on a pas idée, quand on est un auteur, d'exister en vrai! Tsssss...

     

    Le premier plaisir, dans Une forme de vie, c'est l'intrigue à proprement parler.
    L'auteure reçoit dans son courrier des lecteurs une lettre d'un soldat américain basé en Irak. De réponse en réponse, se crée un attachement. Celui-ci lui dépeint sa tragique réaction au stress de la guerre: il mange, mange, mange et devient plus qu'obèse.

    "Je me dis: Là, je dois être en train de grossir. Ma panse commence le boulot. C'est fascinant d'imaginer la transmutation de la nourriture en ce tissus adipeux. Le corps est une sacrée machine."

    Là dessus, Amélie Nothomb nous sert ce qu'elle fait le mieux, du bizarroïde, le gars s'imagine que son tas de graisse est une femme fondue en lui...
    On s'y fait. C'est Nothomb, quoi. C'est même pour ça que je l'aime. Même si ça m'exaspère. Mais cette excentricité est brève, le sujet est bien traité, original, les lettres sont délicieuses.

    La seconde couche est encore meilleure: l'utilisation d'une expérience personnelle  (qui fait classer ce livre dans les autobio) autour du thème de l'écriture, de la correspondance. Amélie Nothomb répond aux lettres de ses lecteurs et dans ce roman, à diverses reprises, elle en parle et j'ai trouvé ses propos pleins de bon sens.

    "De même qu'il ne suffit pas d'écrire un livre pour être écrivain, il ne suffit pas d'écrire du courrier pour être épistolier."

    "Il y a des gens qui gagnent à être cotoyés et d'autres qui gagnent à être lus."

    Elle évoque les types de lettres reçues, de la demande d'argent sans délicatesse à la déclaration d'admiration absolue et sa façon de les ouvrir, de les trier. Elle parle de l'évolution possible de ces échanges, qui pour certains deviennent de véritables amitiés durables.

    La réflexion sur ce qu'on perd en perdant un correspondant m'a plu. "Pourquoi un ami d'encre et de papier vaudrait-il moins qu'un ami de chair?" La réaction face au silence brutal de l'autre... Evidemment, ça ne pouvait que me séduire...

    Enfin, elle n'est pas tendre avec certains de ses lecteurs!! Ne leur fait cadeau d'aucune langue de bois! J'ai adoré ces passages, assez nombreux!

    "Je reçois très souvent des missives dans lesquelles le destinataire a oublié ou n'a jamais su qu'il s'adressait à moi ou à quelqu'un. [...] et cette personne m'envoie une réponse qui n'est pas une réponse [...] parce que rien dans son propos ne signale qu'il a lu le mien."

    Ne dirait-on pas qu'Amélie a lu mon Petit guide de politesse à l'usage des blogueurs venus se faire un peu de pub??

     

    Ce livre pour...?

    Ce livre pour moi. C'te blague. Je prête pas mes amoureuses.

  • Que signifie "SoundAndFury"?

    soundandfury,le bruit et la fureur,graeme allwright,faulkner,shakespeareQue signifie "SoundAndFury"?

    Dans mon prochain article, je vais parler de Shakespeare! La question m'ayant été posée il y a peu, c'est l'occasion ou jamais d'expliquer à mes nouveaux lecteurs (s'ils existent) et aux anciens non-initiés, le choix de mon pseudo.

    Quand j'étais jeune -c'est dire si c'est loin -  on écoutait à la maison un morceau de Graeme Allwright intutulé "Tomorrow and tomorrow...".

    Comme je le connaissais par coeur, j'ai reconnu, bien plus tard, en lisant ce roman que j'adore de Faulkner, Sound And Fury (Le bruit et la fureur), une phrase de cette chanson et j'ai alors appris qu'il s'agissait d'une citation de Shakespeare, mon auteur de théâtre favori!

     

    "Life: it is a tale told by an idiot -- full of sound and fury, signifying nothing."

    Shakespeare, Macbeth, acte V scène 5.

    (Traduction personnelle: La vie est un conte fait par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui n'a aucun sens / qui ne signifie rien.)

     

    Définition que je trouve magnifique.
    Cette confluence de références a donc inspiré le choix de mon pseudo.

    Mais papa Shakespeare ne vous en voudra pas de continuer à abréger en Sound'!

  • Fournitures scolaires

    les gommes, alain robbe-grillet, nouveau roman, polar, policier, a ba la chronologie, labyrinthe, Les gommes, Alain Robbe-Grillet

    Avis chrono'

    Agréable surprise avec ce roman déroutant mais qui se laisse tout de même comprendre. Un bijou d'allusions dissimulées et de jeux d'énigmes! Un polar qui aurait presque une intrigue avec un crime qui n'en finit pas de finir et des quasi-personnages.


    Une relecture! Oui, vous ne rêvez pas! C'est déjà un exploit en soi et quand vous saurez que ce même roman, lu en 2006 avait reçu de moi dans mon petit classeur jaune ce commentaire définitif "L'auteur a écrit avec les orteils" il était très improbable que j'y remette jamais les pieds et pourtant...

    Quelle promotion! Cette fois, j'ai aimé. Beaucoup... Voilà qui va faire plaisir à certaines d'entre vous, grandes relectrices!

    Vous allez voir comme je vais bien vous vendre ce vieux Nouveau Roman des années cinquante...

    Résumé:

    19h30, le tueur tire sur la victime. La balle va prendre quelques détours (elle va mettre 24h à finir le boulot), durant lesquels nous allons suivre Wallas, chargé de cette délicate enquête... Toute une journée à errer dans une ville labyrinthique, à échaffauder des hypothèses autour d'un crime dont le lecteur connait dès le départ tous les détails: identité du tueur et des commanditaires, déroulement minutieux du crime...


    Mon avis rien qu'à moi que j'ai pas copié chez les autres:

    Et pourtant... C'est un grand tour de force de bâtir une intrigue policière sur l'impression qu'il n'y a plus rien à découvrir! Quand presque chaque page est un indice...

    La fin vous surprendra tout de même, s'il vous vient l'envie de vous lancer dans ce roman. Comme une nouvelle, ça ne prend toute son ampleur qu'à la seconde lecture. Avec un peu d'expérience aussi. (Whouah.. j'ai vieilli, alors...? Zut)

    Attention, le style est spécial. Il ne faut pas être trop attaché à ces choses futiles que sont une chronologie, une attribution nette des paroles à un locuteur identifiable ou une envie de  bien comprendre ce qui arrive. Quelques scènes "fausses" se glissent de ci, de là et on tourne en rond comme dans un aquarium. Un aquarium rond. Parce qu'il y en a aussi des rectangulaires. Pensez au marque-page pour éviter l'impression de relire un passage qui ressemble à douze autres.

    Pour les amateurs, il y a encore beaucoup à dire dans ce roman... Par exemple, sur le tarot marseillais (là, je cède la parole à mon charmant collègue E. ) et à l'histoire d'Oedipe qu'il vaut mieux connaître un peu pour admirer le travail hallucinant de Robbe-Grillet.

    Hé! Et pourquoi les gommes, au fait? Pendant tout le roman, Wallas cherche une gomme précise, LA gomme idéale. Le Graal de la papeterie! Pendant que l'assassin lui passe sous le nez...
    Ce pauvre garçon n'est jamais où il faudrait... Il cherche aussi un docteur pendant une bonne centaine de pages et quand il le trouve... L'entrevue nous est résumée en trois lignes et ne sert à rien... Un livre agaçant... Comme j'aime ça!

    Conclusion:

    Est ce que j'ai pas été gentille avec ce livre que je détestais? Y'a que les imbéciles qui changent pas d'avis!

    C'était tellement bien que je me suis lancée dans La Jalousie, du même auteur... Aïe aïe aïe...

     

    Ce livre pour...?

    Les curieux qui veulent changer un peu de Marc Levy. Naannn... Je plaisante! Faut éviter un choc pareil! Je vais me retrouver avec des homicides involontaires sur le dos!

    Ce livre pour les amateurs de polars audacieux, capables de résister à d'impitoyables descriptions mortelles et assez patients pour arpenter un déroutant labyrinthe de 260 pages sans appeler Spiderman ou maman à l'aide!


  • Des nouvelles du front

    C'est toujours la pagaille géante de mon côté de la France!

    Avec des journées qui ne ressemblent à rien, je ne peux ni travailler, ni en profiter pour lire... Je n'ose imaginer à quoi va ressembler mon salaire à la fin du mois! Ou mes exams... C'est l'horreur dans tous les domaines!

    Pas grand chose à vous dire, donc, d'intelligent.

    Mais... J'ai reçu aujourd'hui deux livres dans ma boîte aux lettres, directement envoyés par les éditeurs et comme je suis vraiment trop contente, je passe le crier ici!!

    - La septième vague, Daniel Glattauer (suite de Quand souffle le vent du nord)

    - Comme ton ombre, Elizabeth Haynes, un thriller!!

     

    Des critiques à venir (sur des trucs moins rigolos), si j'arrive à ouvrir un livre, ce qui n'est pas gagné! Je suis E-pui-sée!

  • Sucré ou salé?

    délicatesse, david foenkinos, roman d'amour, sentiments, couple, hésitations, douceur, miel... Et le chabadabada. Prévoir une petite musique de fondLa délicatesse, David Foenkinos

    "Il faut vraiment aimer une femme pour ne pas vouloir la voir"

    Avis Chrono'

    Un roman d'amour qui répond à toutes les caractéristiques du genre: douleur, douceur, sentiments que l'on commence par combattre... au début, ça semble un peu mièvre et puis on s'habitue et on se laisse bercer.


    Un pari risqué puisque la quatrième de couverture ne propose pas un résumé mais seulement un extrait du livre. Celui-ci me paraissait prometteur, mais l'expérience m'a appris que c'est comme pour les bandes-annonces de films... Peut-être que les meilleurs morceaux sont là et que le reste est creux.

    J'ai pu constater que non, l'ensemble est à la hauteur de cet extrait mignon comme tout... (A lire ici)

    Nathalie rencontre François, une vie idéale commence... Puis un drame... Tout est bouleversé et Nathalie erre comme une âme en peine jusqu'à sa rencontre avec Markus, l'homme qui semblait pourtant le moins probable à aimer.

    Pas d'inquiétude à avoir sur l'écriture, c'est d'un autre niveau que d'autres auteurs que je ne citerai pas. J'ai beaucoup aimé les petites insertions loufoques de renseignements divers. Exemple: l'article wikipédia sur les PEZ (bonbons), ou les allergies au poisson...

    Seulement voilà... je suis une fille compliquée... compliquée et traumatisée surtout puisqu'il est apparu un jour que j'étais vraiment trop niaise et depuis, j'ai toujours peur d'être dans l'excès de sentimentalisme et je préfère tourner en ridicule tout ce qui a trait à l'amour.

    Je lisais donc La délicatesse, dehors, au soleil (enfin!) et comme j'étais en bonne compagnie, j'exposais mon avis sur les cent premières pages, à savoir que c'était vraiment... gentil... très gentil. Prévisible. Mignon... Un peu niais, quoi...

    Lorsque est arrivé un autre convive, un homme, la quarantaine bien avancée, un intellectuel des plus sérieux que je n'ai pas vu souvent sourire ou plaisanter. Et il me dit, apercevant la couverture:

    "Oh! C'est un bijou ce roman, tu ne trouves pas?"

    Alors voilà! Si LUI il a droit d'aimer les histoires d'amour simples et sucrées... pourquoi pas moi?

    J'ai regardé d'un autre oeil, un peu moins cynique, la moitié restante du roman et j'avoue que ça en a rendu la lecture plus plaisante!

    Mon avis final, c'est que l'écriture est agréable, coule toute seule, le roman se lit très vite pour peu que vous ayez à attendre debout deux jours devant une porte (mais si, c'est possible. 3 jours même. Eu le temps d'en commencer un autre.), les personnages sont attachants, même s'ils ont un petit côté si extrême qu'ils perdent en réalisme.

    Mais ce roman bâti sur un thème si universel, et traité sans trop de vagues, ne peut que parler à notre coté romantique, même dissimulé.

    Preuve: un paragraphe qui décrit exactement mon charme irrésistible:

    "Certaines personnes ont la capacité extraordinaire de prononcer une telle phrase. Capacité qui empêche de répondre par la négative. Nathalie sentait dans la voix de Markus toute sa conviction. Elle savait que ce serait une erreur d'accepter. [...] Mais face à lui, il était impossible de refuser"

    (et puis ç'aurait été bête parce qu'alors qu'est ce qu'on aurait mis dans le reste du roman?? Et puis c'est le grand amour, quand même, faudrait être con pour lui dire non...)

     

    Attention, ce roman fait de la publicité pour les Krisprolls. J'ai failli succomber...

     

    Ce livre pour...?

    Ce livre pour les coeurs tendres qui s'assument: main dans la main, dîners aux chandelles, slow langoureux, chabadabada et tout ce qui va avec.

     

    Livre lu dans le cadre d'un partenariat avec Livraddict et les éditions Folio!