Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pharmacie

  • Un brin de Causette

    il en reste bien encore assez des miserables,victor hugo, chemin de traverse, morne plaineLes misérables - Tome II : Cosette, Victor Hugo

    Ceci est la suite de l'article que je n'ai pas écrit sur le premier tome. Ce qui compte, c'est que j'ai tout de même fini par me lancer dans la lecture de ce monument de la littérature française et que je compte bien en venir à bout dans l'année.

    Au terme de cette seconde étape, j'en suis à peu près au même point qu'après la première : pas convaincue, pas non plus déçue. C'est un roman dont je pense qu'il serait difficile de copier le modèle aujourd'hui. C'est très dense, bourré de références érudites ou au contraire de clins d'oeil à des souvenirs privés. Il n'y a rien de plus pénible que les notes de bas de page sur une liseuse. Et comme je n'arrive pas à ne pas aller les lire toutes, je passe des plombes à tenter de cliquer sur le lien qui me ramènera à la bonne page... Tout ça pour des éclaircissements qui n'en sont pas.

    Le récit en lui-même continue de se résumer à une poignée de pages perdues au milieu de digressions de la taille d'un baleineau. Ou bien peut-être le roman est-il une sorte de caillou dans la chaussure, un truc dont on se débarrasse vite fait. Un mal nécessaire pour coudre ensemble de longues réflexions sur des thèmes variés.

    Je ne me plains pas. Je remarque. D'ailleurs je tiens à préciser que je reste sous le charme du personnage qui occupait tout le premier livre, Mgr Myriel, l'évêque. Il n'y a qu'ainsi, par la charité, le don de soi, que je peux concevoir la religion. Ce portrait était sublime et reste pour l'instant inégalé. Je n'ai pas été aussi séduite par les deux gros morceaux de ce volume-ci, la bataille de Waterloo - je n'ai jamais aimé l'histoire. Trop de dates. - ni les considérations sur la vie monacale.

    En revanche je me souviens d'un moment où j'ai été étranglée par l'émotion. C'était un jeudi soir, je rentrais à pied, il faisait nuit et sombre. Je lisais ce passage où Cosette se réfugie sous la table de l'auberge. Et celui où elle regarde la poupée, regarde jouer les petites filles chéries de la maison...

    Là, je me rends, c'est impossible de rester de marbre... c'est presque un coup bas de jouer ainsi avec mes sentiments. ça tient à ça,  un chef d'oeuvre ? A quelques pointes sublimes et inoubliables? Si vous avez une idée sur la question, ou souhaitez partager vos propres souvenirs de l'oeuvre, allez-y.

    Avant hier, j'écoutais d'une oreille un reportage, une jeune fille d'une vingtaine d'années qui racontait son enfance dans un quartier pauvre de Marseille. La décrépitude du logement, les moisissures, les rats, les cafards, le froid, l'absence de place pour faire ses devoirs et l'obligation de se replier dans les toilettes pour trouver un peu de calme. Et en plus de cela, impossible à contenir, à soigner, stigmatisante, la teigne.

     

    Lien permanent Catégories : Pharmacie 1 commentaire
  • L'oiseau de malheur

    oiseaux,fous, laferriere,academicien,couverture,zulmaLe cri des oiseaux fous, Dany Laferrière

    De l'Académie française.  Heureusement que c'est écrit en dessous de son nom, car le seul Académicien que je pouvais citer est mort. Comme ça je peux le remplacer. C'est toujours utile de connaître un Académicien.

    "Ce ne sont pas les gens qui subissent une dictature qui devraient la combattre (les affamés et torturés qui viennent tout juste de sortir de prison). On devrait charger d'un tel boulot des troupes fraîches de gens qui n'ont jamais connu la torture, la prison, la mystification, la faim ou l'angoisse de disparaître du jour au lendemain, de gens qui se spécialiseraient bénévolement dans des opérations de déracinement de dictateurs."

    Je suis un peu gênée avec ce roman. Il fait plus sérieux que ce que je lis d'ordinaire. Je me sens comme quand je mets une robe... Quelqu'un que je connais à peine me l'a offert, sans raison. Pas d'anniv, pas noël, je ne pars pas à la retraite, je n'ai pas accouché. Conséquence de notre échange autour de Winterson et de La tâche de P. Roth. Une de ces situations sociales illisibles pour moi... Et le pire c'est que ça tombe juste, j'ai beaucoup aimé. Tandis que mes propres deux derniers choix se sont avérés mauvais (pires même...).

    Récit sérieux, politique, écriture littéraire, très agréable. Le narrateur est un jeune homme haïtien. Son ami journaliste est assassiné par les miliciens du pouvoir, les tontons macoutes. Sans doute lui-même menacé, il est supplié par sa mère de partir en exil, comme son père avant lui.

    Commence alors une nuit de déambulation dans la ville. Une sorte de visite guidée, le tour d'adieu à un lieu auquel il est terriblement attaché et qu'il doit bientôt quitter, sans pouvoir le dire à personne. Chaque ami rencontré doit être traité comme s'il devait être revu le lendemain. Chaque étape, du bordel au bar, de la représentation d'Antigone par des étudiants au repaire des assassins est une occasion d'aborder l'histoire du pays, le régime politique ou l'aspiration de la jeunesse à pouvoir vivre sans que la dictature soit au centre de toutes les discussions.

    "Je suis simplement contre l'idée qu'il faut passer sa vie à toujours parler de la même chose : la dictature. Comme s'il n'existait que ce seul sujet de préoccupation. La pire prison est d'accepter cette limite."

    Fil rouge de ses pérégrinations, la femme. Les femmes. "La sainte ou la putain", comme il le dit lui-même. Je ne suis pas fan du discours sur les femmes dans le récit, mais rien de comparable avec P. Roth, alors comme j'ai déjà beaucoup râlé la dernière fois... Je m'en tiens là. En dehors de la distribution très idéalisée des images féminines, y compris celle de la mère, il y a de beaux passages.

    J'ai beaucoup aimé l'ombre de mythologie vaudoues, aussi.

    Conclusion, le rythme n'est pas trépidant mais l'intérêt est soutenu par la variété des lieux et des rencontres et par les réflexions du narrateur qui oscillent entre mémoire personnelle et considérations collectives. C'est presque un coup de coeur... Il ne doit pas manquer grand chose. Peut-être simplement une inclination plus spontanée chez moi pour les récits historiques. Un livre que je sais parfaitement à quel public conseiller, en tout cas.

    P.S. Je n'ai pas vu les oiseaux. C'était une métaphore ?

    Lien permanent Catégories : Pharmacie 2 commentaires
  • Une amie qui vous veut du bien

    amie-prodigieuse-elena-ferrante.jpgL'amie prodigieuse, Elena Ferrante

    Italie, années 50, photo de couv qui évoque le passé... Aïe aïe aïe. Pourtant le petit mot à l'intérieur de mon exemplaire est tombé juste. Oui, en effet, j'aime les romans qui parlent d'amitié forte et d’ascenseur social. C'était bien vu !

    La narratrice, Lenu, décrit son enfance à Naples dans un quartier populaire et l'amitié particulière qu'elle noue avec Lila. Quand Lenu doit passer ses nuits à étudier pour s'en sortir à l'école, Lila survole le programme sans effort. Elle est plus curieuse, plus vive, plus courageuse, plus séduisante. Rien ne semble l'effrayer. Elle est brillante.

    C'est un personnage très ambigu, elle ne donne jamais les clés pour être comprise, il faut se contenter de la décoder à travers ses actes, qui ne jouent pas vraiment en sa faveur. C'est une amie tyrannique mais intense. Un point pour elle. Elle exerce une emprise terrible sur Lenu. 

    Lenu, qui ne sait que faire de sa fascination, qui s'affadit quand l'autre ne la tire pas vers le haut, me fait un peu mal au coeur. 

    Tandis que Lila, toute de rage et d'impulsivité, qui ne décolère pas d'être enfermée dans son milieu social, condamnée à n'être qu'une femme, jamais considérée à sa vraie valeur, me touche dans l'hostilité qui lui sert de défense.

    Je ne l'ai pas aimée, ou peut-être que si, beaucoup. Parce qu'elle me rappelle mes propres attachements. Je suis faite pour aimer des Lila qui brillent et me consumer dans la jalousie ensuite. Je ne suis pas Lenu, en raison de mon incapacité à fournir, contrairement à la narratrice, les efforts monstrueux pour se maintenir à niveau et rester digne d'être ne serait-ce que mise à l'épreuve.

    C'est la conclusion d'une discussion récente, d'ailleurs. Je suis méchamment envieuse... Sûrement pour ça que je n'ai pas pu piffrer la narratrice. Déjà elle s'en sort mieux que moi, elle y arrive, elle, à conserver l'estime de celle qu'elle admire. Et surtout... pffff... elle ne passe pas par ces sentiments moches, d'envie, de jalousie, de colère, qui nous abiment et qui nous font sentir minables ensuite. J'espère qu'elle va déchoir dans le volume suivant, tiens.

    L'autre atout du roman, c'est le quartier en lui même. La pauvreté, les rivalités, la misogynie qui sert de base à tout, la méfiance des parents devant cette lubie de faire des études, l'ascenseur social dont les portes ne s'ouvrent pas à l'étage attendu, l'évolution des métiers, l'intrusion douloureuse de la modernité.

    C'était un bon moment de lecture. La suite pour les ... les ... vacances !!! Avec le trône de fer, les misérables, un Karine Giebel, le dernier Jonathan Coe, peut-être la Cindy de ma femme, et Larispem T2 bien sûr. J'ai pas assez de slips propres mais pour les bouquins, la valise est déjà bouclée.

     

    Lien permanent Catégories : Pharmacie 2 commentaires
  • Slow motion

    fille-danse-julian-barnes.jpgUne fille, qui danse, Julian Barnes

    "Mais ce sont encore les yeux que nous regardons, n'est-ce pas?
    C'est là que nous avons trouvé l'autre personne et c'est là que nous la trouvons encore"

    Lu il y a déjà plus de trois semaines... Au moins, cette fois, le retard que je prends et l'inévitable oubli-express dans lequel le roman est déjà en train de sombrer seront en accord avec le thème du livre, qui traite de l'infidélité de la mémoire...

    Le narrateur est un homme âgé. Divorcé, il déjeune encore régulièrement avec son ex-femme, qui le materne. Un courrier de notaire sert d'élément déclencheur et le replonge dans ses souvenirs de jeunesse. Il hérite une petite somme d'argent d'une femme qu'il n'a rencontrée qu'une seule fois : la mère de sa première petite amie. 

    Pour comprendre cet étrange leg, il est amené à réveiller son passé. Tout le charme de ce roman tient à la façon dont nous épousons les mouvements de sa mémoire. D'abord il nous livre sa jeunesse, la bande de copains, l'arrivée de la jeune fille, les premiers baisers. L'impression, quand il est quitté pour son meilleur ami, d'avoir été berné, manipulé.

    Puis les souvenirs sont ré-examinés, confrontés à d'autres versions, à des preuves tirées du passé et le résultat est confondant.

    J'ai bien aimé. J'ai toujours été fascinée par la façon dont on modèle notre histoire personnelle à travers de puissants filtres qui adoucissent, occultent, augmentent les contrastes. Filtres dont le contrôle nous échappe bien souvent et qu'un autre témoin du même épisode, une photo, une lettre ou un radotage de mamie peuvent venir éclairer d'un jour nouveau. Ce qui peut être terrifiant.

     

    Lien permanent Catégories : Pharmacie 0 commentaire
  • Oasis is good

    La 1002e nuit et les suivantes, collectif

    Est-ce que je n'ai pas toujours été là pour vous dénicher des livres incroyables ? Cette fois je fais encore plus fort avec une rareté, une exclusivité, le scoop des scoops, un livre certes publié, broché et diffusé mais que je vous mets au défi de vous procurer. Il est tellement rare qu'il n'est pas sur google et je l'ai déjà rendu à ma dealeuse en oubliant de prendre la couverture en photo. Tant pis. Vous ne venez pas ici pour regarder les images j'espère.

    Surtout que je prends tous les risques pour venir vous en parler ici sous mon identité secrète, car dans la vraie vie chaque minute de mon temps libre est scrutée par une non-voyante canadienne esclavagiste - que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam - qui confond "service rendu gracieusement" et "travaux forcés".

    J'échappe à sa dictature juste le temps de vous présenter la 1002e nuit. Les plus fines d'entre vous auront tout de suite fait le rapprochement avec la 1001e nuit et les précédentes, vous savez, celles de Shéhérazade etc. Bon. Avouons de suite, j'ai jamais lu ça. 

    Mais ... j'ai vu l'Aladdin de Disney plus de quarante fois et je peux vous chanter la chanson du génie ! Et vous dire ce que j'ai toujours imaginé des contes de Shéhérazade : un prétexte pour éviter de se faire tripoter par un sultan vicieux. Quand je pense que je viens de me faire spoiler par des gosses... paraît qu'à la fin elle l'épouse ! Tsss... écrit par un mec ça encore. Je la plains la pauvre. Et je me demande si je dois porter plainte contre l'éducation nationale pour avoir laissé commettre une suite.

    Ah j'ai peut-être oublié dans la bataille de signaler que ce recueil est l’œuvre d'une classe de 5e. Je n'ai pas perdu tout mon réseau, on a encore l'amabilité de me prêter des livres qui m'évoquent le supplice des corrections de copies de rédaction.

    Dès le 3e conte, j'ai identifié la démarche pédagogique. Visiblement, ça a commencé par la lecture des 1001 nuits et la production d'une fiche de vocabulaire, à réutiliser au moment de l'écriture. Les plus indigentes se sont fendues d'une paire de babouches ou d'un chameau. Les obéissantes-appliquées d'un détour par les souks de Bagdad. Et les premières de la classe de spécimens de la faune locale inconnus de nos latitudes, de petites villes orientales aujourd'hui disparues et autres subtiles éruditions.

    Ensuite j'ai fait tomber mon marque-page et j'ai été incapable de m'y retrouver... rien ne ressemble tant à un conte où un jeune garçon part en quête du remède pour soigner sa mère malade et coupe la tête d'un mauvais génie pour récolter des plumes de phénix qu'un conte où une fille se découvre une jumelle inconnue et part à sa recherche en résolvant au passage des énigmes ou qu'un autre où une sœur part à la recherche de sa jumelle pour trancher le cou de leur mère malade après avoir mangé un phénix qui posait trop d'énigmes. Celle-ci est peut-être de mon cru.

    Ce qui est sûr, c'est qu'il y avait quelque part des listes. De personnages. D'éléments déclencheurs. De quêtes type. D'opposants. Et qu'il fallait piocher dans chaque liste. 

    C'était aussi très participatif comme œuvre. Il y avait des QR code à scanner pour entendre la version audio des contes lus par les enfants.

    Voilà. Vous l'aurez compris, je suis méchante par nature, mais c'était quand même choupi.

     

    Lien permanent Catégories : Pharmacie 4 commentaires