Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vargas

  • Bois éternels Vargas

    vargas-bois-éternelsDans les bois éternels, Fred Vargas

    Grand retour des livres audio, influencée par un collègue qui fait bien plus de route que moi et que j'ai ravitaillé en dévalisant le rayon à la médiathèque. 

    Sachant combien je suis attachée au réalisme et à la cohérence des choses, d'après vous, quel avis vais-je émettre sur un roman dans lequel la police mobilise en quelques minutes un hélicoptère pour suivre un chat ? 

    Perdu (ou gagné, si vous me connaissez mieux que bien) : j'ai adoré !! C'est mon troisième Vargas, je suis préparée, ce n'est pas un polar comme un autre, c'est une sorte de rêve un peu halluciné. Une errance poétique, qui porte Adamsberg, le héros flic, tantôt à écouter les mouettes, tantôt à lire à un bébé un livre sur la maçonnerie traditionnelle... Jusqu'à ce que le crime soit résolu.

    C'est une si belle écriture que chaque fois que j'en termine un, je l'oublie, comme on oublie un songe, même très agréable. Et je m'étonne à nouveau au roman suivant d'aimer à ce point cette auteure et de l'avoir si peu lue, finalement.

    Chaque personnage secondaire est une pépite. Les normands taiseux (scènes géniales), les histoires de bouquetins, les fantômes au grenier, la femme qu'on écoute en aimer un autre, les bois de cerf encombrants mais qu'il ne faut pas séparer, l'érudition de certaines explications... C'était parfait.

     

    Lien permanent Catégories : Urgences 0 commentaire
  • Les mijotés

    En vitesse avant de parler de mon grand coup de coeur du mois, un mot sur deux titres qui ont battu des records de durée de lecture!

    lieu incertain.pngUn lieu incertain, Fred Vargas

    Ce n'était que mon 2e F. Vargas pourquoi ne seraient-ils pas tous aussi bons? Ce n'est pas comme si l'histoire comptait. L'intrigue policière flotte quelque part au loin tandis que l'écriture fait tout, que le personnage d'Adamsberg et tous les personnages secondaires font tout. Un petit côté érudit et mystérieux. Dense. J'aime vraiment cette auteure. Ici il était question d'une lignée de types fêlés qui se prennent pour des monstres et s'entretuent. comme ça, ça semble assez peu attrayant. On flirtait avec le surnaturel,  mais on garde les pieds sur la terre ferme : la terre maudite du lieu incertain. C'est poétique, par certains aspects. Je crois que l'interjection "plog" quand elle est apparue, a décidé de mon coup de coeur pour le roman.

    Roman qui n'a pas été vraiment "lu", mais écouté en livre audio - très belle voix d'homme. Commencé cet été sur une route italienne et fini en novembre tandis que ma voiture agonisait.  C'était parfois un peu difficile de retrouver le fil !

     

    Mais ce n'était rien à côté de cet autre roman, lecture commencée il y a ... un an ? deux ans ?

    cercle_flèche_ness.pngLe cercle et la flèche, T2 du Chaos en marche de Patrick Ness

    Voir article T1 et attention au spoil du premier volume dans la suite de cet article ! ^^

    Cette série jeunesse est fabuleuse, elle ne ressemble à rien d'autre. Un OVNI situé dans un monde futuriste mais arriéré où les pensées des gens flottent dans l'air, accessibles à tous.

    Nous revoici en compagnie de Todd, qui a passé tout le premier volume à fuir avec Viola la ville dont il est originaire et son terrible Maire, pour atterrir finalement entre ses griffes.

    560 pages. Ce n'est pas rien, 560 pages! C'est du costaud. Et que se passe-t-il pendant 560 pages? Todd et Viola sont séparés et pensent l'un à l'autre. Le terrible Maire s'est emparé de la ville et les femmes, menées par Mrs Coyle, organisent la résistance. Puis on boucle sur tout ça. Maire manipulateur, Todd abattu, Viola furieuse, Mrs Coyle insaisissable.

    560 pages statiques, je me suis sentie comme engluée, sans trouver ça désagréable. C'est tellement étrange, comme roman. J'ai l'impression que ça n'est pas un livre, mais allez expliquer un truc comme ça, vous :p

    Si loin des sentiers battus. Todd a son livre ? Il ne lui sert à rien. Il continue à déformer des mots? On apprend rien de plus à ce sujet. On fait une terrible pause à Haven, ville qui n'a rien d'un paradis. Davy, le fils du maire... lui, il bouge. Je me suis concentrée sur lui, j'en attendais beaucoup. Et puis... groumpf.

    Les protagonistes, dans les deux camps, sont tordus. Peut-être qu'aucune cause n'est juste, quand l'appétit de guerre est à ce point aiguisé. J'attends avec une grande curiosité de voir comment le dernier volume conclura cette affaire.  631 pages...

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Pharmacie 1 commentaire
  • Le chant du signe

    Pars_vite_reviens_tard_vargas.jpgPars vite et reviens tard, Fred Vargas

    note.jpgMon second livre audio. J'ai décidé d'apposer, par commodité, un petit signe! 

    Le retour des articles sérieux, mes amis, avec ce roman policier. Image de couv, résumé et tout le bazar. Royal, non?

    Ma première lecture de Vargas. Oui, à mon âge, mais que voulez-vous, je ne peux pas être partout. J'ai vu qu'il y en avait 3 dans le baby challenge polar! Quelle diversité... M'enfin...

    L'histoire débute sur une place parisienne, sur laquelle Joss, breton expatrié, s'est installé comme crieur de nouvelles. Entre les annonces pour des ventes de poireaux de concombres et les déclarations d'amour, apparaissent d'étranges messages qui mêlent citations latines et menaces de fléaux d'un autre temps.

    Au même moment, des portes d'immeubles se couvrent d'étranges signes tracés à la peinture noire: des 4 à l'envers.

    Difficile d'en dire plus sans en dire trop. Je craignais de voir mon plaisir gâché par ma connaissance du film, heureusement, il y a des avantages à ma mémoire de poisson rouge! Si je me souvenais du thème, qui n'est pourtant révélé qu'assez avant dans le roman, je ne me souvenais pas du tout de la fin, ou très vaguement et j'ai pu profiter un peu du suspense.

    Profiter même d'un surcroît de suspense puisqu'il m'a fallu gérer la gravure des Cds (consommés au rythme d'un par jour) entre le soir et le matin suivant, avec quelques ratages dans la succession des pistes et quelques oublis purs et simples d'où un retour forcé à la radio.

    Un très bon livre, lent à démarrer, parce qu'il prend le temps de croquer toute une série de délicieux personnages. Joss, déjà cité, repris de justice qui n'a jamais pu retravailler en mer et conclut avec nostalgie sa criée par des récits de naufrages. La petite Eva, femme battue réfugiée chez l'érudit de la place, Decambrais. Lisbeth, l'ancienne prostituée. Damas, le crétin aux gros muscles. Le patron du bar le Viking, qui se prend pour un descendant de Thor...

    Et bien sûr, Jean-Baptiste Adamsberg, le flic mal fagoté, qui n'a pas vraiment le profil, qui snobe les ordinateurs, se trimballe en sandales et ciré, passe son temps de travail en vadrouille et vadrouille de même en amour. J'ai cru comprendre qu'il s'agissait d'un personnage récurrent chez Vargas (ne me demandez pas où j'ai péché l'info. Et non, pas envie de vérifier, je compte sur vous, comme toujours). Si c'est le cas, ça ne me dérangera pas de le retrouver, même s'il est loin d'être mon préféré. Dommage, il avait tout pour me plaire.

    Mais je crois que mon jugement a été altéré par un paramètre incontrôlable: la voix du lecteur. J'ai oublié son nom mais c'était excellent! J'ai fini par m'y croire. Bon, au début, quand à 6h30 du mat', sur une route de campagne, vous entendez un mec vous faire la voix de la grosse Lisbeth, la prostituée, avec son accent indéfinissable ou celle de Joss, le marin... ça fait un effet curieux. Mais on s'habitue, puis on aime, puis on succombe complètement, comme moi. Mais je dois dire qu'avec les Lisbeth, j'ai déjà des histoires de coeur bien avancées (Je pense à Millénium, par exemple).

    Un sacré plus, cette lecture audio. J'en souligne la qualité, car j'étais toute impatiente d'enchaîner sur les mystères de Paris, d'Eugène Sue, qui me font envie depuis des années, mais je n'ai tenu que... 1 minute et 18 secondes! Voix luuuuugubre, irrespect total de la prosodie, de la ponctuation... L'horreur! J'ai bien tenté un second essai, après une pause radio. Mais non, vraiment, pas possible de m'habituer. Tant pis, je ferai mieux la semaine prochaine.

    En cours de lecture-pour-de-vrai-avec-du-bon-papier-bien-de-chez-nous: La voix du couteau. Mais il faudra attendre un peu, rythme de lecture en nette régression. Trop fatiguée le soir!

    Lien permanent Catégories : Pharmacie 3 commentaires