Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Clebtomanie

j'aurai fait rire au moins une femme avec mon titre, chien en pleine forme, considerations sur la famille, bon de savoir qu'il y a pire, mon chien stupide, john fanteMon chien Stupide, John Fante

Si vous trainiez déjà par ici en 2012, peut-être avez-vous souvenir de Condie Raïs, une auteure de nouvelles auto-éditée qui m'avait accordé une mini interview et dont l'identité était très mystérieuse. Parmi les sujets de prédilection de Condie Raïs, il y avait le Sauvignon et John Fante. C'est donc un grand plaisir pour moi, aujourd'hui, d'avoir enfin découvert cet auteur tant vanté. C'était... assez particulier.

"Où étaient passés la dévotion et l'obéissance typiquement italiennes envers le père,
l'amour clanique du foyer et de la famille ?"

Celui qui s'interroge ainsi, c'est Henry J. Molise. Je serais tentée de dire "le héros du roman", mais d'une part, cet auteur de série B en manque d'inspiration et au caractère assez déplaisant n'a pas grand chose d'héroïque. Et d'autre part, si on part du postulat que le personnage principal du roman est celui qu'on y croise la majeure partie du temps, alors, ici, le héros est un pénis de chien en érection.

Ça donne quand même une petite idée du ton du récit. Si vous aimez les choses bien proprettes, les parents aimants, les couples épanouis, ou même simplement les histoires qui vont quelque part, je vous conseille de passer votre chemin. Il y a bien un point de départ, c'est l'arrivée, par une nuit de pluie torrentielle de ce chien monstrueux, qu'on retrouve couché dans le jardin et qu'on commence par confondre avec un ours.

Si on arrive à faire abstraction des nombreuses tentatives de l'animal pour se reproduire avec un spécimen mâle de notre espèce, tout le reste n'a plus rien à voir avec le chien, finalement. C'est une sorte de saga familiale grinçante, avec en figure de proue ce père, fils d'immigrés italiens, qui hésite entre aimer ses rejetons et laisser tomber tout le monde pour s'en aller goûter seul la bella vita à Rome. Les branches ou les racines, quoi.

Faut dire qu'ils sont tombés un peu tôt de l'arbre, les gosses, tous déjà jeunes adultes ... Ils n'écoutent rien, prennent la maison pour un hôtel, font culpabiliser leur mère d'avoir eu, à leur place, une mauvaise note en dissertation. Ils font tout pour qu'on soit heureux de les voir partir. Mais rien n'est si simple, et c'est ce qui est beau, dans ce récit atypique, qui gratte aux entournures.

"Elle était pourtant adorable, mon Harriet : vingt-cinq ans qu'elle tenait le coup à mes côtés ; elle m'avait donné trois fils et une fille, dont j'aurais joyeusement échangé n'importe lequel, voire les quatre, contre une Porsche neuve, ou même une MG GT '70."

Pour varier les points de vue, l'avis de Solessor, qui a détesté !

Lien permanent Catégories : Médecine générale 1 commentaire

Commentaires

  • Eh bien moi, il ne m'a pas gratté qu'aux entournures, ce roman. Je l'ai trouvé bien trop urticant. J'ai fait une grosse allergie, je crois. Et ce n'est pas que de la faute du pénis de chien qui cherche désespérément un endroit chaud où passer la nuit. Ce père de famille... pas du tout accroché, il m'est sorti par les yeux !

Écrire un commentaire

Optionnel