Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le don des soupirs

delphine, féminisme, folio, StaëlDelphine, Madame de Staël

J'ai fait mon service littéraire ! Je sors d'un roman de 900 pages estampillé "République Française", "Ministère de la culture" et "Commémorations nationales".  J'ai l'impression d'avoir été décorée. Engagez-vous, qu'ils disaient, Mme de Staël est une éclaireuse du bataillon féministe, "romancière dans un monde où les femmes sont réduites au silence". Je me suis rendue à ces arguments, vous pensez bien. 

Un mois de lecture, plongée dans des "n'y point déroger", des "aimables dispositions", de "vives affections". Même les subjonctifs me séduisent. Il s'en est fallu de peu : cent pages de plus et je comprenais enfin quand et comment m'en servir.

Je trouve à ce langage beaucoup de charme, mais comment en convaincre quiconque quand il faut déjà une heure de débat acharné pour justifier que l'usage du vouvoiement n'est pas une marque de froideur de ma part et qu'on peut dire "bonjour" et non pas "salut" sans pour autant être de mauvais poil ?

J'ai croisé un "je prévis" ! Quand avez-vous croisé un "je prévis" pour la dernière fois, vous ?

Ah, si. J'en connais une qui doit croiser souvent le verbe "prévoir", c'est celle qui a rédigé tout le bazar autour du texte. Les notes de mon édition saccagent joyeusement toute chance de conserver un peu de suspense.
Les notes un peu utiles alternent avec d'autres, imprévisibles, qui s'appliquent davantage au roman dans son ensemble qu'à l'endroit où elles sont insérées. Note page 296 : "Le roman par lettres, émanant de scripteurs qui ont différents degrés de connaissance de la situation, multiplie les hypothèses plus ou moins fausses sur la conduite et les motivations des autres personnages." Certes.

Quant au féminisme, le plaidoyer le plus efficace n'est pas venu d'où je l'attendais. Les arguments de l'héroïne, bien que pertinents, m'ont moins touchée que les propos de son ennemie, qui illustrent mieux l'impuissance pour une femme à emprunter une autre voie que celle qui lui est dictée par la société de son époque.

Delphine est une histoire d'amour et de trahison. Delphine aime Léonce, tous deux sont libres, mais une garce qui veut marier sa fille les manipule et leur amour est empêché. Le quiproquo autour de ce mariage dure un bon moment (meilleure partie du livre). Si on ne m'avait pas tant taquinée sur mon côté fleur bleue, j'aurais peut-être tenu les 900 pages le coeur tout palpitant, mais que voulez-vous, je n'assume plus, je fais la blasée et je préfère rire des personnages dont l'excès d'émotions violentes est manifeste. 

"Qu'est ce que l'amour sans enthousiasme ? "

On s'évanouit beaucoup, dans Delphine. Pour le coup l'égalité des sexes est respectée et à en croire l'héroïne, il entrait autrefois moins de testostérone et de muscles saillants dans la définition de la virilité. Delphine les aime faibles/malades/blessés et glissant lentement vers le plancher dans un soupir d'agonie. Là, elle kiffe grave. 

Et en plus, ils changent tous très souvent de couleur, comme une guirlande, un coup rouges, un coup blancs. 

"Quand Delphine s'endort, il rougit et pâlit au moindre bruit qui pourrait l'éveiller."

Comme dans bon nombre de romans de ce genre, l'intro nous informe que ce sont des lettres réelles.

Capture.PNG

C'est fou quand même. On ne devait pas pouvoir traverser une rue sans marcher sur un manuscrit abandonné ou un tas de lettres émanant de vingt personnes différentes, ficelées gentiment ensemble pour raconter une histoire cohérente.  

La vie privée ? Ahahah On fait lire à l'un les courriers d'un autre, on copie, on résume. 
Et quelle mémoire, quand une lettre retrace mot pour mot, sur 3 pages, une conversation tenue la veille. Les lettres passent de mains en mains mais les secrets ne sont jamais interceptés. 

Quant aux domestiques, la mode n'est pas encore à en faire des personnages du roman. Ils sont des silhouettes laborieuses. Mais je me suis plu à les imaginer, témoins de ces innombrables rebondissements, papotant en cuisine, scandalisés. On ferme des portes, on les rouvre, on fait des valises, on ne part plus, on reçoit en cachette, on perd connaissance presque chaque jour... 

Cependant, en dépit de mes moqueries, quand on enlève 400 pages de pâmoison, ce qui reste ressemble à n'importe laquelle de nos idylles qui tournent mal, rien ne change, à toute époque, aimer, ça pique. 

L'honneur, thème crucial de l'intrigue, est présenté davantage comme un barème appliqué de l'extérieur, par les autres, que comme une jauge personnelle de notre attitude, ce qui m'a pas mal fait réfléchir. Je sens qu'il y a quelque chose à creuser là dedans, ça devrait revenir au même, non ? 

Le contexte politique, j'ai survolé. C'est nouveau pour moi, de penser la révolution à partir de ce cercle noble et aisé, j'ai appris des trucs.

 "Ce qui est surtout impossible, c'est de concilier entièrement en sa faveur l'opinion générale, lorsqu’un fanatisme quelconque divise nécessairement la société en deux bandes opposées. "

Le thème que j'ai préféré tient dans cette citation, référence à Léonce, trompé parce que sensible à ce qui a trait à sa réputation. :

 "On ne gouverne jamais personne que dans le sens de son caractère."

Autrement dit, inutile de se plaindre d'avoir été influencé, on ne peut l'être que dans une direction compatible avec nos désirs. 

Exactement ce que dit Messmer  ^^

 

Commentaires

  • Et la marmotte... ^^

    Ravie de retrouver les articles d'antan, pleins de verve et d'ironie. Le pavé me décourage un peu, surtout qu'à peine au milieu, je te ré-entends me dire "je ne sais pas ce qu'il y a après, ça pourrait être la fin". Apparemment, la surprise a été bonne.
    Les quelques citations que tu m'as lues en direct live m'ont rendue un peu moqueuse, c'est vrai. "Le porte-manteau m'a regardée, aaah, je défaille !"..."Quand j'ai vu son poil de menton tressaillir... ça m'a rendue toute chose" ! Bon, j'en rajoute certainement un peu, mais mon côté fleur bleue n'est quand même pas si poussé.

    Mais en même temps, cette écriture devenue introuvable aujourd'hui, ces subjonctifs redécouverts chez Flaubert font beaucoup de bien... Qui sait, il se pourrait que j'y mette le nez un jour.
    En attendant, en dépit de cette belle chronique, plutôt élogieuse, je crois que je préfère suivre le petit personnel chez Sarah Waters... Va savoir pourquoi !

  • J'ai hésité la dernière fois que j'ai vu ce roman en librairie mais promis la prochaine je le prends. Tu m'as convaincue ;)

  • @ Sol : Je ne sais pas si c'est aussi agréable à écouter que Flaubert... A ce propos il faudrait peut-être qu'on le termine, ce n'est pas le tout de dire qu'on l'apprécie, il n'avance pas bien vite !
    Je crois que je vais alterner les Trone de fer et les classiques, pour la fin de l'année.
    Avec les émissions de cette semaine sur Hugo, j'ai à nouveau envie de m'attaquer aux misérables.

    @ Mypi : J'en suis ravie ! J'espère qu'il te plaira.

  • Pour avoir entendu des extraits de Delphine, et de longs morceaux de Madame Bovary, il n'y a pas photo : je vote Flaubert ! Ca tombe bien, on a de la route bientôt, on va pouvoir continuer !

Écrire un commentaire

Optionnel