Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Semaine à lire

Semaine à lire

Le bilan est tardif mais promis je n'ai pas triché, je suis revenue dès le dimanche à mon rythme de tortue ! Pour cette semaine à lire, j'ai fait l'effort de m'attaquer à 4 romans, sur 5 prévus, en laissant de côté le Robert Merle. S'il me restait encore un peu de temps, j'avais épuisé ma motivation.

Brièvement, mes quatre commentaires :

 

foutez la paix aux meres bordel, Winterson mon enchanteresse, etc. Casus Belli, A. Bragance : Sombre histoire d'une famille murée dans l'incompréhension mutuelle.

Une petite fille met par jalousie son petit frère bébé dans une poubelle. Je ne me risque pas à juger de la gravité de cet acte - lancez-vous d'abord - mais on comprend que le refus des parents (de la mère seule?) de réagir, de punir, de parler que sais-je, entrave l'enfant, puis l'adolescente, puis l'adulte.

J'ai oublié ce que j'en pensais sur le moment... Grand dommage. Le thème est passionnant. D'un côté, il y a la question des fautes morales que l'on porte ou que l'on croit porter - le syndrome de Stockholm s'applique pas mal à nos auto-prises d'otage psychologiques et il est rare de chercher activement à s'en débarrasser. De l'autre, tout ce qui concerne la famille, la jalousie au sein des fratries, le jugement porté par le parent sur l'enfant et ce qu'il en laisse transparaître même sans le vouloir, et  l'impact de la parole ou de son absence. Si je n'ai pas été emballée par l'écriture, très froide, glaçante même, alors qu'il est principalement question d'émotions, j'ai apprécié de me sentir contrainte à prendre position, ce que je fais ainsi :

De petites choses peuvent ébranler durablement - et négativement - un enfant et le suivre pour le reste de sa vie. 
J'attends qu'on me trouve un.e adulte qui rien de ce genre à raconter, le/la bienheureux/se !

 

foutez la paix aux meres bordel, Winterson mon enchanteresse, etc. Tu ne m'échapperas pas, Lisa Gardner :   Fusillade dans une école, l'ado retrouvé sur place les armes aux poings est le fils du chef de la police locale et quasi le filleul de celle qui va mener l'enquête.

 J'ai déjà  complètement oublié ce thriller et pourtant, je l'ai dévoré il y a moins d'un mois! C'est une auteure que je tiens pour une valeur sûre depuis "la maison d'à côté". Idéal pour passer un bon moment et ensuite... tourner la page.

 

 

passion winterson couverture pocheLa passion, Jeannette Winterson :  (soupir de bonheur)

Enfin, je pardonne à Winterson d'avoir écrit autre chose que son récit autobiographique Pourquoi être heureux quand on peut être normal  ! (Cf. les 3 articles qui concernent cette auteure)
Le sexe des cerises m'était resté en travers de la gorge m'avait rebutée. Le délire bordélique mi-historique mi conte n'était pas à mon goût - spéciale dédicace à la police des "c'est pas bon".

Comme en cuisine, tout doit tenir à l'équilibre des ingrédients car la passion est à la fois un récit historique, sur fond de campagne napoléonienne et d'ode à la Venise du XIXe, et un texte qui flirte avec le réel, parsemé d'étrangeté : cœur fait prisonnier, homme doté d'un œil perçant capable de voir de l'autre côté de la Manche, gondoliers aux pieds palmés... Usage moderne et original du fantastique ? Quoi qu'il en soit, écriture unique, envoûtante, de celles qui me font chavirer.

On y trouvera des soldats emplis de poésie, une femme androgyne qui en aime une autre, et cette question : que faire de la passion, quand elle commence à demander plus qu'on ne sait pouvoir lui donner ?

"Je vous raconte des histoires. Faites-moi confiance."

 

foutez la paix aux meres bordel, Winterson mon enchanteresse, etc. La nostalgie heureuse, Amélie Nothomb : (soupir navré)

C'est Nothomb. On publie tout ce qu'elle a dans la tête, tout ce qui se passe dans sa vie et même son récit du tournage au Japon d'un documentaire sur sa propre personne ... Ok il y a un peu plus dans le livre. Pas beaucoup. Quand j'ouvre un Nothomb j'ai 65% de chance de tomber sur ... ça.  Et le reste de me régaler.

Commentaires

  • Je m'étonne de voir aussi peu de souvenirs du Lisa Gardner, sachant qu'il t'a vraiment plu! Avis intéressant en revanche sur les autres, j'ai été scotchée par l'analyse d'auto syndrome de Stockholm. Je vais méditer là dessus! Quant à Winterson, il va falloir que je m'y mette!

Écrire un commentaire

Optionnel