Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Xie-Xie Michelle Deshaies

lgbt moins,sensualité tempéréeXieXie, Michelle Deshaies

Ou comment mettre un coup d'arrêt à la belle dynamique des lectures communes à la maison ! J'ai bravement traversé ce roman tandis qu'une co-lectrice que je ne dénoncerai pas fait le lièvre de la fable : partie première et puis... on l'attend toujours.

Je pensais que c'était un roman lesbien ! J'avais lu : "Chine, 1934 — Dès son arrivée au port de Guilin, Rose, une jeune Anglaise, se prend d’affection pour XieXie, une servante chinoise au service de son mari. " . Je précise pour le lectorat hétérosexuel car ça demande un peu d'expérience que "se prend d'affection pour", ça promet qu'elle va coucher avec la servante. ça partait super bien !

Il se trouve que XieXie est aussi l'amante du mari. (bon... soit... je suis ouverte d'esprit ) Mais je pense qu'on peut laisser à Netflix le monopole des histoires de trouple. C'était gentil leur petite liaison mais d'une part c'était trop court (en unités de pages, car leur amour, lui, est durable) et d'autre part un peu trop factuel à mon goût. Manquait de sexe, ce qui est dommage mais pardonnable ; manquait de sentiments, ça, je ne peux pas laisser passer. Un roman froid comme comme un glaçon, très impersonnel. Je me suis sentie trompée sur la marchandise.

Sauf si cette histoire d'amour n'était que prétexte à peindre une époque, la présence des Anglais en Chine, les conflits qui les obligent à fuir... Ce que suggère la deuxième partie, où il est question de l'exploitation des mines et d'espionnage. Quant à la troisième partie, je n'ai aucune idée de ce qu'elle faisait là.

Ce roman est de consistance pâte brisée. Je mettais ça sur le compte d'une traduction un peu ratée ... mais paraît que ce n'est pas une traduction. Est-ce que c'est poétique (?) - champ lexical des odeurs, des saveurs, de la cuisine - et que c'est la raison pour laquelle ça m'est passé loin au-dessus (??). La relation de XieXie avec sa mère. L'enfant. Les sauts du coq à l'âne. C'était comme un anti-roman, il ne correspondait pas aux codes narratifs tels que je les fréquente, mais trop subtilement pour qu'on puisse savoir si c'est volontaire. Ou si c'est juste un effet de style raté.

De la confiture pour (je ne peux pas écrire ça au féminin, comme d'hab, ce n'est pas connoté comme le masculin) ?

Bénéfice du doute. En attendant que Sol arrive au terme des 170 pages de ce roman. Courage ! (N'attends plus de sexe, hein, tu as tout dépassé.)

Je bosse encore sur le titre de l'article... voyons qu'est ce que je connais comme expression avec "Xie"... ?

 

Lien permanent Catégories : Morgue 0 commentaire

Écrire un commentaire

Optionnel