Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cuitas les bahamas

 

signes trompent pas, kroll, couverture, humourDes signes qui ne trompent pas, Pierre Kroll

J'aime bien l'opération Masse Critique de Babelio. Mais comme ça ouvre tôt le matin , que je suis réputée pour tomber du lit dix minutes avant l'heure de partir, que je dors limite avec mon slip dans une main et mon thé dans l'autre pour gagner de précieuses minutes de sommeil, forcément, vu le choix, je me retrouve à cliquer un peu partout au hasard en cinq minutes.

Le livre surprise reçu pour cette édition spéciale BD est donc un recueil de dessins de presse de Pierre Kroll (je reconnais ma piètre culture, j'ignorais tout de ce dessinateur belge) ayant pour thème les changements climatiques.

J'ai apprécié la préface de Guillaume Meurice (un nom connu!) mais un peu moins ce qui a suivi pour une raison très terre à terre : parfois, à cause de la mise en page, je ne savais pas dire si les dessins sur la page étaient des parties d'un même dessin original ou si c'étaient des dessins indépendants. C'est arrivé à plusieurs reprises.

Comme le message est clairement orienté, je ne vais pas exagérer en prétendant que ça gêne la compréhension. (Mais j'aime bien quand tout est clair...)

Quant au contenu, j'ignore si l'humour est la porte d'entrée d'une prise de conscience, ou si une chose dont on rit ne sera jamais complètement prise au sérieux... Ma partie préférée était peut-être celle sur le gaspillage alimentaire.

Je l'ai donné à mon père qui aime le dessin de presse et l'appréciera sans aucun doute.

 

 

Lien permanent Catégories : Imagerie médicale 3 commentaires

Commentaires

  • Moui, j'ai pas trop de regrets finalement. J'aime bien le dessin de presse à grignoter, dans la ... presse. Rien de très original. Mais tout un recueil, bon.
    C'est un sujet qui me touche trop, je crois. Je rirais jaune. Ça me fait penser que j'ai oublié de racheter du dentifrice.

  • C'était peut-être ça le problème en effet. Pour rire il faut avoir la conscience au clair. Je ne suis pas à l'aise ni avec ma consommation, ni avec mon peu d'ardeur à aller au delà du tri minimal des déchets.
    Je te prête mon dentifrice salé en attendant le ravitaillement ?

  • Même en allant au-delà du tri sélectif de base, j'ai du mal à en rire. Je tends vers la suppression de pas mal de mes emballages plastiques. Essaie d'aller vers le vrac. Fais un compost sur mon balcon !
    Mais on n'est pas forcément aidés comme il le faudrait partout.
    Et même en faisant ça, quand je vois le milliard d'animaux morts carbonisés en Australie, ou l'Indonésie -encore- sous les eaux... pff... ça me brise le cœur...

Écrire un commentaire

Optionnel