Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dites "Aaarg"

maladie de sachs, wincklerLa maladie de Sachs, Martin Winckler

C'est marrant... L'auteur a le même nom que celui du Choeur des femmes ! Et tous deux écrivent des histoires de médecins qui étrillent la profession. D'ailleurs, ils sont tous les deux médecins et au fond, c'est eux-même qu'ils mettent en scène dans leurs récits. Ils ont en commun de penser qu'il faut en finir avec le soignant pontifiant, face au patient soumis et révérencieux. En finir avec la douleur, qui n'est pas une fatalité.

On pourrait croire qu'il s'agit de la même personne. C'est d'autant plus troublant que si l'on consulte leur fiche sur livraddict et qu'on regarde leur photo, ils ont carrément la même tête ! Fascinant...

Pour être précise, seulement presque la même tête. Mmmh c'est une question de proportion, si vous voulez mon avis. Celui de la maladie de Sachs a une bien plus grosse tête. Une très très grosse tête. Et à mon avis, si on recadrait la photo, ça vaudrait le coup de mesurer son tour de cheville.

Le choeur des femmes fait partie des très rares livres qui ont changé ma vie. Il a complétement changé mon regard sur la médecine - en particulier la gynécologie, qui était au centre de l’œuvre -  il a même créé ce regard, une opinion et un engagement là où je n'en avais guère.

La maladie de Sachs est presque son jumeau, on y retrouve tout, y compris la forme, fragmentée. Ici non seulement le récit s'assemble par petites touches, mais l'énonciation est atypique, il faut un petit temps d'adaptation. Tout est écrit du point de vue d'un patient, qui décrit ce que fait le médecin, à la 2e personne. On change de patient régulièrement mais plusieurs reviennent et l'ensemble finit par former un récit à suspense, car certains éléments ne trouvent qu'à la fin une explication. De même que d'autres destinées, que l'on pensait sans lien, finissent par se rejoindre; C'est habile.

Le dernier quart efface l'ennui des débuts.

En revanche, à message équivalent, la maladie de Sachs n'a pas l'humilité du chœur des femmes, loin s'en faut. Mais ce n'est peut-être qu'une question de maturité, 10 ans les séparent. Celui-ci, tout en s'attaquant aux confrères incapables d'écouter leurs patients, de penser à soigner avant de penser à faire les médecins, se donne un sacré beau rôle et c'était très agaçant.

Lien permanent Catégories : Médecine générale 0 commentaire

Écrire un commentaire

Optionnel