Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

HOP #5 - Si l'intelligence m'était comptée (2/3)

Si vous pensez qu'on parle du futur...

On peut disserter des heures sur le concept d'intelligence, on voit quand même tous à peu près de quoi on parle et on connaît, au moins à travers les films de SF, le fameux test de Turing qui consiste à déterminer au terme d'une conversation si on parle ou non à un humain.

Ce fantasme de l'IA « entière » indiscernable d'un esprit humain a tendance à détourner notre attention : bien avant que l'humain ne soit remplacé par une IA unique et parfaite, il pourrait bien l'être par la somme de plusieurs IA spécialisées, qui, chacune dans leur domaine, le surpasseront.

Une goutte d'exemples dans l'océan de ce qu'on fait déjà accomplir à des machines aujourd'hui :

Quelques diagnostiques médicaux. Ex : prédire mieux que des dermatologues un cancer de la peau à partir de photos.

Jouer à des jeux vidéos tels que Mario Kart. Sans la règle du jeu bien sûr. On donne au réseau en données d'entrée la couleur des pixels, en sortie la possibilité d'agir sur les commandes et pour objectif de maximiser le score. Je ne sais pas si comme moi vous trouvez ça incroyable... le réseau va tout seul, à un moment, réussir à repérer des blocs de pixels et à se dire « voilà, ça, c'est un personnage ». Tout seul. A partir de rien de pré-programmé.

Vous conseiller juridiquement pour faire annuler vos amendes ( Robot DoNotPay)

Coloriser des images ( Un exemple ici mais j'ai perdu mon véritable site source) https://cheese.konbini.com/orange/application-coloriser-noir-blanc-temps-record/
Là encore, ça n'a peut-être l'air de rien mais c'est incroyable. Ça signifie que d'un tas de pixels noir ou blancs, l'IA tire assez de « concepts » pour dissocier les différents objets et donner à chacun une couleur réaliste.

Quel intérêt prendra-t-on bientôt à un jeu ou à un sport dans lequel la machine gagnera systématiquement, ou saura vous assister pour gagner à coup sûr ? Imaginez un billard contre un robot... Or, l'IA a déjà résolu (au sens ou la méthode est 100% gagnante) les échecs, mais aussi le jeu de go, plus complexe, ou encore certaines variantes de... poker ! Vous jouez ce que l'ordi vous dit et vous gagnez. L'IA joue à présent à des jeux vidéos en réseau qui demandent de la coopération avec des joueurs humains et l'anticipation de leurs actions.

Aucun domaine n'est épargné, on commence à obtenir de très beaux résultats dans des disciplines qu'on voudrait réservées à l'humain, en reconnaissance d'émotions ou dans le domaine artistique. Certaines IA écrivent, ou composent de la musique. Elles créent des pochettes de CD, ou encore des images complètement artificielles qui ressemblent à des photos mais ont été inventées par la machine. A partir de rien ? Oui et non. A partir de la même chose qu'un peintre ou un musicien. A partir de l'expérience et de l'expérimentation.

Que reste-t-il  alors du « propre de l'homme »? L'éducation ? La justice ?

Il a été prouvé que la qualité du repas pris par le juge influence son verdict... et que d'une région à l'autre au sein d'un même pays, vous ne recevez pas la même amende ou la même peine de prison pour le même délit. L'intelligence artificielle pourrait ajouter de l'objectivité à la justice.

Il n'est pas besoin d'attendre qu'un système soit sans erreur pour l'utiliser. Il suffit qu'il commette moins d'erreurs qu'un être humain. Et les erreurs... c'est un peu notre spécialité.

C'était un petit aperçu exotique de l'état actuel des choses. Mais l'IA d'aujourd'hui, pour nous, ce sont surtout les gros brasseurs de données, les moteurs de recherche, les réseaux sociaux. Tout ce qui, à notre place, trie, sélectionne, archive nos données, ce que nous ne pouvons plus faire sans la machine car le volume est trop important. Il faut compiler les publications médicales, modérer les forums, transcrire en direct des discours. Nous nous reposons sur la machine. Soyons honnêtes, nous ne pourrions plus vivre sans.

Quelle serait alors la place dans notre société d'une machine intelligente ? Ferait-elle peur ? Loin de nous inquiéter de cette évolution, nous l'admirons. La relation de l'humain à la machine est déjà complètement surréaliste. Je pense que certains préféreraient que leur chien passe sous une voiture plutôt que leur portable. Des soldats assistés par des robots développent une empathie et un attachement qui deviennent parfois contre-productifs ! On lui donne un nom, on lui décerne des médailles, on essaie de le « sauver » en cas d'attaque . On refuse alors qu'il est à moitié détruit de l'envoyer à l'usine ou à la décharge et d'en recevoir un neuf à la place.

Sauf que derrière l'outil, rappelez-vous, il y a toujours l'objectif fixé à l'outil. Celui qui lui permet d'évaluer et d'affiner son action. Si le but du GPS est de me faire passer aussi souvent que possible près des centres commerciaux, ce n'est pas la même chose que si son but est de me faire économiser de l'essence. Or la plupart du temps nous ignorons la finalité des IA qui gèrent nos ordis, nos recherches sur Google, nos affichages sur Facebook. La finalité « garder l'utilisateur connecté sur le site le plus longtemps » implique en général de lui donner du contenu qui l'intéresse. Or, l'humain aime par dessus tout ce qui va dans son sens. Sans ce système, si j'adorais torturer des chatons, j'avais très peu de chance de tomber sur des publications du genre, dans la masse du contenu disponible. Mais une IA qui me connaît mieux que ma mère va non seulement me trouver ce contenu, mais rien qu'en m'en proposant trois exemples, elle va me pousser à surestimer la présence de cette pensée dans le reste du groupe. Je vais avoir l'impression qu'il y en a plein. Qu'on est toute une communauté. Et que si les bourreaux de chatons sont si peu présents dans les médias, c'est qu'on les écarte, qu'on les persécute. Je ne plaisante qu'à peine. Il n'y a qu'à regarder les anti-vaccinations pour les enfants.

Bref. Vous savez qui sont les gros investisseurs dans l'IA, en dehors de l'informatique et des réseaux sociaux ? Les assureurs. Vous fumez ? Vous avez bien marché vos trente minutes aujourd'hui ?

Si vous refusez de laisser l'application mesurer votre hygiène de vie, c'est que vous avez quelque chose à cacher, non ? Vous n'auriez pas mangé un Mc Do le weekend dernier ? Vous risquez de coûter cher, ça mériterait une sur-prime.

 

Là encore, pour rendre compte de l'importance et de l'urgence de ces questions, je renvoie aux travaux du mathématicien Lê Nguyên Hoang, vulgarisés sur sa chaine Science4All.


A suivre

3e partie : demain... l'avenir bien sûr !

 

Lien permanent Catégories : Laboratoire 4 commentaires

Commentaires

  • Assez glaçant ce qu'on sent poindre sous ces évolutions de l'IA... Si tous les lobbys/puissants collaborent, on peut quand même perdre le contrôle sur pas mal de choses...
    Le GPS m'envoie à MacDo... l'assureur voit que j'ai mangé un burger... il me fait payer ! C'est pas juste, je prends souvent une salade ! ^^

  • Ah zut, la partie 2, c'était ma partie optimiste ^^
    J'ai beau entrevoir les dangers, je ressens quand même avant tout de la fascination. Avant cette année, je pensais que c'était un domaine balbutiant. En réalité c'est déjà tellement avancé... Mais peut-être un peu dur à visualiser. La technologie est déjà partout autour de nous, ça donne l'impression que tout est simple.
    Qu'un ordi joue à un jeu à partir de la couleur des pixels, comme un humain... c'est prodigieux !! Mais je me demande si ça semble prodigieux vu de l'extérieur.

    Quelle idée de prendre une salade...

  • C'est pour la bonne conscience. Ça devrait peser dans la balance des assureurs, une salade à MacDo.
    Je crois que je ne distingue pas vraiment ce qui est programme et ce qui est IA, dans les avancées technologiques qui nous entourent. Faudrait que je me pose plus de questions. C'est aussi l'avantage de ce genre d'articles...

  • Je ne sais pas si on peut savoir, comme ça, ce qui relève de l'IA.

    J'ai oublié un des exemples qui m'a le plus soufflée : L'IA qui est parvenue à traduire des phrases d'une langue dans une autre, après avoir été "instruite" à l'aide de textes dans chacune des langues. Sauf que c'étaient des textes différents. A aucun moment l'IA n'a reçu le même texte dans les deux langues. Elle a fini seule par déduire les correspondances pour pouvoir traduire une nouvelle phrase... C'est fou non ?

    Quant aux assurances, si ta salade fait pencher la balance, c'est la fin des haricots. C'en sera fini de l'assurance au sens où on la connait auj. Fini de la solidarité. Chacun paiera pour soi. Un compte épargne accident, quoi.

Écrire un commentaire

Optionnel